USA: les promesses de ventes de logements augmentent plus que prévu en juin

AWP

1 minutes de lecture

L’indicateur des promesses de ventes a augmenté de 2,8% comparé au mois précédent pour atteindre 108,3 points alors que les analystes misaient sur une avancée de 1%.

Les promesses de ventes de logements aux Etats-Unis ont augmenté plus que prévu en juin, selon les données de l’Association nationale des agents immobiliers (NAR) publiées mardi qui font apparaître un rebond dans les quatre principales régions du pays.

L’indicateur des promesses de ventes a augmenté de 2,8% en données corrigées des variations saisonnières et comparé au mois précédent pour atteindre 108,3 points alors que les analystes misaient sur une avancée de 1%.

Sur un an, les promesses de ventes, un baromètre avancé du marché immobilier puisqu’il se base sur les contrats de cession qui se concrétisent généralement 45 jours après l’engagement, augmentent également (+1,7%), mettant fin à une baisse enregistrée les 17 mois précédents, souligne l’Association dans un communiqué.

La hausse de 2,8% enregistrée en juin pourrait marquer le début d’une tendance positive, a commenté Lawrence Yun, économiste en chef de la NAR, notant une conjoncture encore favorable.

«La croissance de l’emploi se porte bien, le marché boursier est proche de ses records et les valeurs des maisons augmentent constamment», a-t-il résumé. «Si vous combinez cela avec les taux hypothécaires incroyablement bas, il n’est pas surprenant de voir maintenant deux mois consécutifs d’augmentations», a-t-il ajouté.

Les contrats signés en juin montrent que les acheteurs sont «enthousiastes à la fois sur le marché et le potentiel de gain» des biens immobiliers.

«Les maisons se vendent à un rythme effréné, en moins d’un mois en moyenne pour les maisons existantes et trois mois pour les maisons neuves», a en outre relevé l’économiste.

Il ajoute que les capitaux propres des propriétaires immobiliers dans l’immobilier ont doublé au cours des six dernières années pour atteindre «désormais près de 16.000 milliards de dollars».

Pour autant, il pointe du doigt le manque de biens à vendre avec un nombre d’acheteurs potentiels dépassant le nombre de logements disponibles.

Il souligne la nécessité de voir les stocks de biens immobiliers s’accroître fortement, en particulier des logements de base, «pour assurer un accès plus large à la propriété».

C’est dans l’Ouest qu’elles ont augmenté le plus (+5,4%), suivi du Centre (+3,3%), du Nord-est (+2,7%) et du Sud (+1,3%).

Ces données sont publiées alors que la Banque centrale américaine pourrait annoncer mercredi une baisse des taux d’intérêt.

A lire aussi...