Métaux précieux: l’or stable, l’argent et le platine en souffrance

AWP

2 minutes de lecture

Le palladium, de son côté, a légèrement progressé cette semaine par rapport à la précédente.

L’or a terminé la semaine proche de ses niveaux de vendredi dernier, malgré des cours agités ces derniers jours, tandis que l’argent et le platine ont particulièrement souffert.

Le palladium, de son côté, a légèrement progressé par rapport à il y a sept jours.

«Cela a été une semaine en montagnes russes pour l’or, alors que les investisseurs ont jonglé entre les développements continus sur le commerce, les tensions géopolitiques et les inquiétudes persistantes sur le ralentissement de l’économie mondiale», a expliqué Lukman Otunuga, analyste pour FXTM.

Lundi, le métal précieux a fortement grimpé alors que la Chine a annoncé une augmentation de ses droits de douane sur des produits américains, en représailles aux nouvelles taxes annoncées vendredi par les Etats-Unis.

Mardi, l’or a atteint un plus haut en un mois, à 1.303,44 dollars l’once, avant d’effacer ses gains les jours suivants.

Jeudi, «les bons chiffres sur l’immobilier américain et sur le marché du travail, ainsi que la solidité des marchés actions, ont mis la pression sur l’or» en renforçant le dollar, ont expliqué les analystes de Commerzbank.

Le métal jaune, comme de nombreuses autres matières premières, est libellé en dollars. Une hausse de celui-ci rend donc l’or plus onéreux pour les acheteurs utilisant d’autres devises.

Concernant l’argent, celui-ci «reste coincé dans une tendance baissière», a commenté M. Otunuga tandis que le métal précieux est tombé vendredi à un plus bas depuis décembre, à 14,46 dollars l’once.

«En tant que métal précieux avec un aspect industriel - 50% de la demande totale - l’argent a été entrainé par la faiblesse des métaux de base ces dernières semaines», ont ajouté les analystes de Commerzbank.

Pour autant, «un déséquilibre qui pourrait potentiellement faire grimper les prix du fait d’une incapacité de l’offre à répondre à la demande est en train de se former», veut croire Jeff Clark, expert pour GoldSilver.com, un fournisseur de services concernant l’or et l’argent.

L’once de platine, de son côté, est tombée vendredi à un niveau plus vu depuis deux mois, à 823,93 dollars.

Lundi, le Conseil mondial du platine a abaissé dans son rapport trimestriel ses prévisions de surplus pour 2019, à 375.000 onces, tandis que Johnson Matthey, premier raffineur mondial, s’attend à un déficit de 127.000 onces.

Quant à l’institut de recherche Metals Focus, il a été «plus pessimiste» en tablant sur un surplus de 630.000 onces, ont relevé les analystes de Commerzbank, qui jugent cependant qu’aucun de ces rapports n’a eu d’impact significatif sur le marché.

Enfin, le palladium a connu un mercredi particulièrement volatil. En fin de séance, le métal précieux, qui évoluait en baisse, a en effet subitement bondi de 3,5%, avant d’effacer une partie de ses gains.

Selon Commerzbank, ce soudain rebond était une «réponse aux informations en provenance des Etats-Unis et selon lesquelles Donald Trump repousserait les taxes sur les voitures (dans lesquelles le palladium est utilisé, ndlr) jusqu’à six mois».

Le platine, utilisé dans la production de véhicules diesel, n’a en revanche pas bénéficié de cette information.

La décision officielle du dirigeant républicain doit intervenir d’ici samedi.

Sur le London Bullion Market, l’once d’or valait 1.286,30 dollars vendredi vers 12H15 GMT, contre 1.285,71 dollars le vendredi précédent vers 11H10 GMT.

L’once d’argent valait 14,48 dollars, contre 14,79 dollars il y a sept jours.

Sur le London Platinum and Palladium Market, l’once de platine s’échangeait à 826,52 dollars, contre 861,83 dollars sept jours plus tôt.

L’once de palladium valait, pour sa part, 1.323,22 dollars, contre 1.312,82 dollars à la fin de la semaine précédente.