La chronique des marchés de Vontobel au 27 juillet

Jean Frédéric Nussbaumer, Vontobel

2 minutes de lecture

Nasdaq -1,01%, SPX -0,30%, Dow +0,44%, Russel +0,60%, SOX +1,87%, Eurostoxx +1,18%, SMI +1,33%.

 

Wall-Street fait la part des choses et c’est bien ainsi. Au placard l’émotionnel, le marché fait son tri et se recentre sur les fondamentaux, un excellent signe s’il en est. Voyez les performances du jour des différents indices. Le Nasdaq est pénalisé par Facebook, qui abandonne 18% sur la séance après son avertissement sur bénéfices à venir. L’indice S&P 500 (SPX) rend quelque peu de terrain après avoir tenté sans succès une échappée juste après la clôture européenne. Si l’on décortique le SPX par secteurs, on constate que les investisseurs ont recherché les valeurs industrielles, de la consommation et de l’énergie tout en délaissant les technologiques (merci Facebook). On observe d’ailleurs des couvertures de positions à découvert dans le secteur de l’énergie après les résultats solides de Valero et Marathon Petroleum. Notons la superbe performance d’AMD qui bondit de 14,3% après ses résultats. Après la clôture, Amazon grimpe de 4%. La compagnie de Jeff Bezos relève ses prévisions de manière agressive alors que son bénéfice par action dépasse toutes les attentes (5,07 dollars contre 2,49 dollars attendus!). Les statistiques macro-économiques du jour son décevantes (demandes hebdomadaires d’allocations chômage et commandes de biens durables) mais le marché n’en a cure, son sentiment est bon et il veut regarder les bonnes nouvelles uniquement. Et ça tombe bien, les bénéfices des entreprises américaines sont en croissance de 30% au deuxième trimestre par rapport au même trimestre de l’an passé, c’est énorme. Les surprises positives comptent pour 86% des résultats publiés, là encore c’est exceptionnel. A ce jour, 246 sociétés du SPX ont rapporté, nous sommes au milieu du gué. Le rendement de l’emprunt gouvernemental US à 10 ans revient près de 3% (2,98% ce matin) et, là encore, cela n’effraie pas le marché des actions. Rappelons que les rendements obligataires en hausse ont souvent tendance à éloigner les investisseurs des actions. Cela dit, on ne peut pas avoir une économie qui tourne à plein régime et des taux éternellement bas. Ce qu’il ne faut pas, c’est une remontée trop abrupte de ces derniers. En l’état ce n’est pas le cas. La volatilité reste faible, l’indice VIX traite près de 12, le pétrole est reparti à la hausse, le WTI Light Crude traite tout près des 70 dollars le baril. L’or se languit à 1224 dollars l’once, en-dessous de 1200 c’est un short, au-dessus de 1240 c’est un long (just my technical view).

Aujourd’hui nous continuerons à suivre les résultats de sociétés avec notamment Exxon et Chevron. Le PIB américain au deuxième trimestre sera également publié, le marché attend 4,2%.

Ce matin les principales places boursières européennes ouvrent en hausse, l’euro traite à 1,1655 contre le billet vert et ce sont les secteurs industriel et de l’énergie qui mènent le bal. Chez Vontobel, nous aimons actuellement deux secteurs en particulier, l’énergie et les banques. Carrefour bondit de 10% après ses résultats et sort de son canal baissier, l’effet Bompard commence à se faire sentir, nous sommes à l’achat sur la valeur avec un objectif de cours à 17,90 euros, prix actuel 15,27 euros. LafargeHolcim rebondit de 1,7% après avoir confirmé ses objectifs 2018, nous sommes à l’achat avec un objectif à 58 francs, prix actuel 49,63 francs.

Facebook a perdu 18% on le sait, notre recherche est en «hold» sur le titre avec un objectif à 198 dollars. Clôture hier 176,26 dollars. Bien souvent un titre a besoin de trois jours pour digérer une mauvaise nouvelle. Cela dit, pour les impatients (ou les bon market timers…), on peut déjà considérer un autocallable defender vonti sur Facebook, à un an, en dollars et assorti d’une barrière européenne à 75%. L’autocall est trimestriel, se situe à 95% et ne démarre pas avant six mois. Le coupon s’élève à 7,3% par an. Ça me plait.

Revenons à l’Europe où Orange, un titre que nous aimons, a publié des résultats en ligne avec nos attentes. Nous persistons à penser que l’opérateur télécom français est sous-évalué et recommandons d’acheter la valeur avec un objectif de cours à 19 euros soit 33% au-dessus du prix actuel.

C’est vendredi, je n’ai pas mentionné le nom du président des Etats-Unis une seule fois dans cette note, ça fait presque bizarre…quoi que…