La chronique des marchés de Vontobel au 25 juillet

Jean Frédéric Nussbaumer, Vontobel

2 minutes de lecture

Nasdaq -0,01%, SPX +0,48%, Dow +0,79%, Russell -1,07%, SOX -1,09%, Eurostoxx +0,85%, SMI +0,51%.

 

Wall-Street poursuit sa navigation sur le long fleuve tranquille de la hausse. L’indice S&P500 (SPX) s’éloigne de la zone sensible des 2800 points (2820,40 à la cloche), porté par les secteurs pharmaceutique et de l’énergie. Le Nasdaq, majoritairement composé de valeurs technologiques, boude la fête et rend tous ses gains de la journée pour clôturer à l’équilibre. Cela peut laisser songeur car Alphabet (Google) s’adjuge 3,9% après ses résultats canons et aurait pu, voire dû, propulser le Nasdaq vers de nouveaux sommets. Considérons que le secteur technologique fait une pause, probablement quelque peu fatigué. Rappelons que le Nasdaq 100 (NDX) est en hausse de 15,79% cette année alors que le SPX ne progresse «que» de 5,49%. Je note par ailleurs que les petites et moyennes capitalisations abandonnent plus de 1%. Cela aussi mérite réflexion. Il existe un proverbe qui dit que «les généraux sont montés sur la colline mais l’armée est restée en plaine». En clair, les grosses capitalisations progressent mais pas les petites. C’est gênant car ce sont les PME (Petites et Moyennes Entreprises) qui font la réelle force d’une économie. Ceci dit, pas de panique à bord, il faut savoir raison garder. L’économie américaine tourne à plein régime, les résultats de sociétés au second trimestre sont, pour l’instant, historiques et même les trumpitudes du président des Etats-Unis ne parviennent pas à faire sortir le marché de ses gonds. Le sentiment général reste bon et où donc ailleurs que dans les actions peut-on trouver un peu de rendement?

Et d’ailleurs, les investisseurs vendent leurs obligations gouvernementales un peu partout autour de la planète. Les rendements, qui évoluent à l’inverse des obligations, remontent donc et annoncent une forme de détente générale. Le marché européen des actions passe d’ailleurs une belle journée hier avec quelques performances exceptionnelles, notamment celle de Peugeot qui grimpe de 14% après ses résultats. On en parlait hier, le titre a cassé à la hausse et regarde désormais vers 24,25 eur, son plus haut niveau de la séance du 21 novembre…2011. Clôture à 23,47 euros hier. UBS passe également une belle journée, s’adjugeant 4,3% après ses résultats. Ce matin Société Générale relève sa recommandation sur le titre à «acheter». A 15,95 francs, l’action UBS reste attractive, chez Vontobel nous sommes à l’achat avec un objectif de cours à 21 francs.

Aujourd’hui le commerce mondial reprend ses droits avec la rencontre entre Donald Trump et Jean-Claude Juncker à Washington, cet après-midi. On enregistre dans l’intervalle de bonnes publications de résultats de sociétés, notamment ceux de LVMH, ST Micro et Dassault Systèmes. Parmi les nombreux chiffres du jour aux Etats-Unis, nous suivrons particulièrement ceux de Boeing (avant l’ouverture de New York) et de Facebook (après la clôture).

Revenons au sommet Trump – Juncker. Ce face à face s’annonce tendu voire explosif car il opposera deux caractères bien trempés. Les discussions devraient porter notamment sur une réduction des tarifs douaniers européens sur les automobiles américaines importées afin d’éviter des taxes de 20 – 25% sur les véhicules européens évoquées par Donald Trump.

Ce matin les principales bourses européennes ouvrent en légère baisse, le marché attend la rencontre de cet après-midi à Washington. On suivra également l’indice allemand IFO, qui nous donnera une meilleure idée du climat des affaires dans ce pays. Et bien entendu, nous scruterons les résultats de sociétés.

Air du temps? allez donc sur Google images et tapez «idiot», le résultat en dit long…