Bourses européennes: tensions internationales en focus

AWP

1 minutes de lecture

L’Eurostoxx 50 clôture la journée de vendredi sur un recul de 0,33%.

Les Bourses européennes ont clôturé en baisse vendredi, les investisseurs s’inquiétant des tensions géopolitiques en mer d’Oman, du conflit commercial sino-américain mais aussi des menaces sur la croissance mondiale après un indicateur chinois décevant.

«Les marchés sont focalisés uniquement sur l’international, la géopolitique, entre les attaques de pétroliers près du détroit d’Ormuz et le bras de fer entre la Chine et les Etats-Unis sur le commerce», a indiqué à l’AFP Philippe Cohen, gérant à Kiplink Finances.

Vendredi, Donald Trump a publiquement accusé l’Iran d’être à l’origine de l’attaque la veille contre deux pétroliers dans la mer d’Oman, malgré les dénégations de Téhéran.

Côté guerre commerciale, la journée de vendredi n’a pas donné lieu à de nouveaux rebondissements majeurs. La Chine a néanmoins ouvert une enquête contre le groupe américain FedEx, qui a mal acheminé des colis de Huawei, une société au coeur du conflit entre les deux pays.

Les investisseurs étaient davantage inquiets à cause d’indicateurs plutôt décevants en provenance de Chine, où la production industrielle en mai est au plus bas depuis 17 ans. Le ralentissement économique chinois inquiète depuis plusieurs mois les investisseurs du monde entier, Pékin étant considéré comme un des principaux moteurs de la croissance sur la planète.

A Wall Street, les indices reculaient à la mi-séance, le Dow Jones Industrial Average perdant vers 16H20 GMT 0,17% à 26.061,92 points, l’indice Nasdaq, à forte coloration technologique, 0,59% à 7.790,93 points, et l’indice élargi S&P 500 0,31% à 2.882,75 points.

L’Eurostoxx 50 a perdu 0,33%.

A Paris, le CAC 40 a fini en léger recul (-0,15%) à 5.367,62 points. Côté valeurs, STMicroelectronics a été à la peine (-3,22% à 14,14 euros) dans le sillage des semi-conducteurs américains après les prévisions décevantes de Broadcom. Thales, qui va faire son entrée le 24 juin dans l’indice phare de la Bourse de Paris, a perdu du terrain en fin de séance (-0,99% à 105,45 euros). Les deux sortants, Valeo et Worldline, ont perdu respectivement 2,37% à 24,30 euros et 0,25% à 61 euros.

A Francfort, le Dax a cédé 0,60% pour finir à 12.096,40 points. Le fabricant de puces Infineon a dégringolé de 5,25% à 14,39 euros, lui aussi plombé par l’avertissement de Broadcom.

La Bourse de Londres a terminé en recul (-0,31%), l’indice FTSE-100 des principales valeurs terminant à 7.345,78 points. Les secteurs du BTP et de l’immobilier ont été mal orientés, touchant l’agence immobilière Rightmove (-2,05% à 573,10 pence), le groupe de construction Taylor Wimpey (-1,64% à 155,60 pence) ou le promoteur Land Securities (-1,43% à 841,60 pence).

Les autres principales places européennes ont toutes terminé dans le rouge, mais à divers degrés.

La Bourse de Milan a bien résisté (-0,09% à 20.612,45 points) comme le SMI de Zurich (-0,14% à 9.847,61 points).

Le PSI 20 de Lisbonne a fini en plus nette baisse, cédant 1,23% à 5.130,35 points et l’indice Ibex 35 de Madrid a perdu 0,57% à 9.194,20 points.

Enfin au Benelux, la Bourse de Bruxelles a lâché 0,81% à 3.463,71 points et celle d’Amsterdam 0,47% à 553,24 points.