Suivi d’ING Group par Bordier

Loïc Bhend, Bordier & Cie

1 minutes de lecture

Les résultats sont plutôt rassurants, avec un bémol pour les frais en augmentation.

ING a publié au T3 un bénéfice opérationnel de 1.91mia€, en baisse de 10% par rapport à l’an dernier mais 2% supérieur aux attentes. Le résultat net ressort à 1.34mia€, en baisse de 11% et 2% au-dessus des attentes. Les revenus, à 4.63mia€ (stables sur un an), ressortent 2% supérieurs aux attentes, et les dépenses 2% supérieures, à 2.44mia€. Ces résultats sont fondamentalement en ligne, avec un biais plutôt favorable.

Les revenus nets d’intérêts progressent de 1% sur un an et dépassent les attentes de 2%, à 3.53mia€. Les revenus des commissions augmentent de 4% sur un an et ressortent 6% supérieurs aux attentes, à 747mio€. La marge nette d’intérêts progresse de 3 points de base sur un an à 154pb, et s’améliore de 2pb séquentiellement. C’est la bonne surprise de la publication.

Le coût du risque, à 276mio€, s’affiche 14% supérieur aux attentes, et remonte de 4pb sur un an à 18pb. La solvabilité (Bâle III) reprend 10pb séquentiellement à 14.6% de CET1, et ressort 10pb supérieure aux attentes.

A 8.1x les résultats 2020e, ING se traite à une décote de 10% par rapport au secteur. A 0.72x les fonds propres 2020e, le titre se traite en ligne pour un ROE de 9%, 10%supérieur au secteur. Le rendement du dividende (6.8%) est 35% supérieur au secteur.

Au final, des résultats plutôt rassurants, avec un bémol pour les frais en augmentation, même si cette inflation est de nature exceptionnelle. La robustesse du modèle ING reste supérieure à la moyenne et sa place dans notre liste Satellites justifiée.

A lire aussi...