ING: bénéfice net en baisse malgré une «bonne dynamique»

AWP

1 minutes de lecture

«Nous avons eu un début d’année positif, avec des résultats au premier trimestre qui montrent une bonne dynamique commerciale», a déclaré le PDG du groupe Ralph Hamers.

La banque néerlandaise ING a publié jeudi un bénéfice net en baisse de 8,7% au premier trimestre, à 1,11 milliard d’euros (soit 1,25 milliard de francs), tout en se félicitant d’avoir maintenu une «bonne dynamique commerciale» en ce début d’année.

La base mondiale de clients particuliers du groupe a augmenté de 150’000 clients pour atteindre 12,6 millions, a indiqué la banque dans un communiqué.

ING a enregistré une croissance nette de 8,7 milliards d’euros de ses activités de prêts. L’afflux net de dépôts des clients s’élève à 4,8 milliards d’euros.

«Nous avons eu un début d’année positif, avec des résultats au premier trimestre qui montrent une bonne dynamique commerciale», a déclaré le PDG du groupe Ralph Hamers, cité dans le communiqué.

Ces résultats ont cependant été affectés par des «coûts du risque plus élevés» ainsi que par la «pression de taux d’intérêt bas» sur les principaux marchés de la banque au sein de la zone euro, a expliqué M. Hamers.

Le chiffre d’affaires s’est établi à 4,57 milliards d’euros, soit une hausse de 2,7% par rapport à la même période l’an dernier.

Le retour sur fonds propres (ROE) a lui atteint 11%, tandis que le ratio de fonds propres durs (Tiers 1) est resté stable, à 14,7%.

L’année 2018 d’ING avait été marquée par le versement d’une lourde amende visant à régler avec les autorités néerlandaises une affaire de blanchiment d’argent.

A la suite de ce scandale, ayant coûté la tête du directeur financier, la banque avait lancé un programme d’amélioration global intitulé «Connaître votre client».

Plus de 2500 employés travaillent désormais à temps plein sur ce programme, qui vise notamment à améliorer la gestion des risques du groupe, a-t-il précisé.

ING a également indiqué avoir commencé à évaluer les risques comportementaux en interne.

«Tous ces efforts visent à intégrer davantage la gestion des risques non financiers de manière structurelle à travers ING», a expliqué Ralph Hamers.

A lire aussi...