ING: bénéfice net 2018 en baisse de 4,1%

AWP

1 minutes de lecture

«L’année écoulée a été remplie de réalisations dont nous pouvons être fiers et de défis à relever dont nous devons tirer des leçons», a déclaré Ralph Hamers, le patron d’ING.

La banque néerlandaise ING a publié mercredi un bénéfice net en baisse de 4,1% pour 2018, cette année ayant été marquée par le versement d’une lourde amende pour régler avec les autorités une affaire de blanchiment d’argent.

Le bénéfice net s’est établi à 4,7 milliards d’euros, a indiqué la banque dans un communiqué, notant tout de même une augmentation de sa base clientèle.

«L’année écoulée a été remplie de réalisations dont nous pouvons être fiers et de défis à relever dont nous devons tirer des leçons», a déclaré Ralph Hamers, le patron d’ING, cité dans le communiqué.

En septembre, la banque néerlandaise a démis de ses fonctions son directeur financier Koos Timmermans après l’annonce d’un accord conclu avec les autorités, prévoyant le versement de 775 millions d’euros pour régler cette affaire d’usage frauduleux de ses comptes.

Le ministère public néerlandais, qui avait ouvert une enquête pénale en mars 2017, avait jugé ING coupable de «sérieux manquements dans la prévention du blanchiment d’argent». Le parquet avait estimé que la banque n’avait «pas réussi à empêcher que des comptes bancaires appartenant à des clients d’ING aux Pays-Bas soient utilisés pour blanchir des centaines de millions d’euros entre 2010 et 2016».

La banque continue de travailler «sur plusieurs solutions structurelles afin de porter ses activités de lutte contre le blanchiment d’argent à un niveau meilleur et durable», a affirmé M. Hamers, ajoutant que «la conformité réglementaire reste la priorité», a-t-il assuré.

ING a enregistré une hausse de 2,2% de son chiffre d’affaires pour l’ensemble de l’année 2018, à 18 milliards d’euros.

La banque a souligné une progression en glissement annuel de 4,5% du bénéfice sous-jacent avant impôts, qui s’est établi à 7,5 milliards d’euros.

Le retour sur fonds propres (ROE) a atteint 11,2%, contre 10,2 en 2017. Le groupe financier affichait également un ratio de fonds propres durs (Tiers 1) stable, à 14,5%, contre 14,7% l’année précédente.

Ces résultats reflètent une croissance continue des activités avec des marges résistantes, une hausse des revenus nets liés aux frais et aux commissions ainsi qu’une réduction du coût des risques, a noté la banque.

En 2018, ING a proposé un dividende de 0,68 euro par action, soit un centime de plus que l’année dernière.

Au quatrième trimestre de 2018, la banque néerlandaise a enregistré une hausse de 25,4% de son bénéfice net, à 1,2 milliard d’euros.

A lire aussi...