Omicron: tout le monde en parle

DWS

2 minutes de lecture

Graphique de la semaine de DWS. A l'aube de la troisième année de la pandémie, il est désormais possible de scénariser les comportements des marchés face aux mauvaises nouvelles.


©Keystone

Que penser d'Omicron, le nouveau variant détecté pour la première fois en Afrique du Sud il y a quelques semaines? Il est encore trop tôt pour se prononcer sur les conséquences sanitaires. Il faudra des semaines, voire davantage, avant d'avoir une idée plus précise sur la contagiosité, la mortalité ou le taux de réponse immunitaire dans la population d’Omicron et de ses nombreuses mutations. Ou, comme nous l'avons dit dans le titre de notre article de l'autre jour: «Omicron possibilités, suppositions: des données supplémentaires sont nécessaires»(1).

Cette incertitude n’empêche pas les marchés de faire des conclusions rapides. Ainsi, le graphique met en évidence que les actions des compagnies aériennes ont encore été malmenées, tandis que les biotechnologies se maintiennent. 

La plupart des investisseurs parviennent désormais à anticiper les réactions des marchés qui dans ce contexte, offrent même aux plus experts de réelles occasions à saisir.

«La sélection d'actions avec un levier opérationnel et un pouvoir de fixation des prix sera essentielle en 2022».

Selon nous, nous nous orientons à long terme vers un contexte de taux d’inflation plus hauts que ceux observés au cours de la décennie pré-COVID. Si tel est le cas, il sera essentiel de sélectionner les bonnes classes d’actifs.(2) «La sélection d'actions avec un levier opérationnel et un pouvoir de fixation des prix sera essentielle en 2022», affirme Thomas Bucher, Responsable Stratégies actions chez DWS. Cela peut même inclure des actions ou des secteurs qui ont été touchés par la crise. Les compagnies aériennes, par exemple, bénéficieront probablement de la baisse des prix du carburant. En dehors de l'énergie, le variant contribue probablement aux pressions inflationnistes à court terme, du fait qu’il retarde la réorientation de la demande des biens (où l'offre reste limitée) vers les services, tels que les voyages et le tourisme (où il y a plus de capacité disponible). Omicron pourrait également accroître les risques de perturbations et de blocages supplémentaires ou plus prolongés de la chaîne d'approvisionnement. Ces derniers dépendent autant des décisions politiques que des données sanitaires. 

Cependant, contrairement à ce que certains prétendent, les marchés actions n'ont historiquement pas été capables de discerner les principaux changements historiques.(3) Tous les scénarios qui auraient pu se produire, avec une probabilité aussi élevée, voire plus élevée que ceux qui se sont produits, ont été ignorés.(4) Une méthode probabiliste et rigoureuse permet donc d'identifier des opportunités dans les moments et les situations les plus improbables.

Omicron: les compagnies aériennes américaines ont été malmenées, tandis que les biotechnologies se maintiennent

Bleu: les biotechnologies 
Vert: Les compagnies aériennes
Orange: Les compagnies aériennes/les biotechnologies (l’axe de droite)

** Différence de rendement entre les compagnies aériennes et biotechnologiques

 

1 https://www.dws.com/insights/cio-view/cio-flash/cwf-2021/new-covid-19-variant-omicron/ 
2 https://www.dws.com/insights/cio-view/cio-view-quarterly/q4-2021/inflationary-paradigm-shifts/ 
3 Bien sûr, il est toujours possible d'adapter les données à un récit historique, ou même le récit à ces données. Plus la description d'un ensemble d'événements est lointaine, plus il est facile de raconter des histoires à son sujet qui attribuent un pouvoir de prévision quasi mystique à la sagesse des foules boursières, grâce au bénéfice du recul. Voir par exemple, Biggs, B. (2009), Wealth, War and Wisdom, Wiley.
4 Tetlock, P.E. et Parker, G., (2006), Unmaking the West: Des scénarios «what-if» qui réécrivent l'histoire du monde. University of Michigan Press, en particulier le chapitre 11, qui porte sur la Seconde Guerre mondiale.

A lire aussi...