Nouveau record pour les obligations vertes

NN Investment Partners

3 minutes de lecture

Graphique de la semaine de NN IP. Climat et initiatives réglementaires approfondissent le marché.


© Keystone

Le marché des obligations vertes a parcouru un long chemin en relativement peu de temps. La première obligation verte a été émise en 2007 par la Banque européenne d'investissement, l'organisme de prêt de l'UE. Cela a été suivi un an plus tard par la Banque mondiale. En 2013, la société immobilière suédoise Vasakronan a émis la première obligation d'entreprise verte au monde.

La croissance du marché a d'abord été lente, mais a décollé avec la publication par l'ICMA des Green Bond Principles en 2014. La signature de l'Accord de Paris et l'adoption des ODD de l'ONU l'année suivante a stimulé une nouvelle expansion alors que les gouvernements et les entreprises se sont mobilisés pour lutter contre le changement climatique. Depuis 2015, le marché a augmenté en moyenne de 60% par an.

En 2021, les obligations vertes étaient devenues un marché obligataire traditionnel plus important que les obligations européennes à haut rendement et les obligations convertibles mondiales. Et une croissance rapide devrait se poursuivre. Les nouvelles émissions ont atteint 440 milliards d'euros l'année dernière, et nous voyons ce nombre grimper à 600 milliards d'euros en 2022, malgré une baisse au premier trimestre par rapport aux trois premiers mois de l'année précédente, comme vous pouvez le voir dans notre graphique de la semaine.

Emissions d'obligations vertes en milliards d'euros

Source:  Bloomberg, NN Investment Partners

Un facteur clé de la croissance des obligations vertes l'année dernière a été le «rebond» des émissions reporté en 2020 par la pandémie de Covid-19 et la perturbation des marchés obligataires qui en a résulté. Les gouvernements de pays tels que l'Italie, l'Espagne et le Royaume-Uni ont également contribué à la dynamique du marché avec les premières émissions d'obligations vertes souveraines.

L'introduction de la taxonomie de l'UE, qui fixe des critères écologiques pour les projets et les activités économiques, a été importante pour encourager les investissements. L'UE a également commencé à émettre des obligations vertes dans le cadre de son programme de relance NextGenerationEU.

L'Europe montre la voie

L'Europe continuera d'être le moteur de la croissance des obligations vertes. Nous prévoyons que l'UE émettra entre 50 et 75 milliards d'euros d'obligations vertes en 2022 pour financer NextGenerationEU, bien que ce nombre puisse augmenter si le bloc accélère les émissions. L'UE prévoit d'émettre jusqu'à 250 milliards d'euros d’obligations vertes dans le cadre du programme d'ici la fin de 2026, ce qui en fait le plus grand émetteur d'obligations vertes au monde.

Le Danemark a fait appel au marché des obligations vertes pour la première fois en janvier 2022, vendant 5 milliards de DKK de nouvelle dette pour financer la transition énergétique du pays. Les émissions d'obligations vertes pourraient atteindre 15 milliards de DKK en 2022. Le Royaume-Uni prévoit également d'intensifier les émissions au cours de l'exercice 2022-2023 avec 10 milliards de GBP de gilts verts. Plutôt que de lancer de nouvelles obligations, le Trésor constituera deux gilts verts existants dans le but de s'assurer qu'ils reflètent d'autres obligations de référence en termes de liquidité.

En dehors de l'Europe, le Canada est entré sur le marché en mars 2022 avec sa première obligation verte de 5 milliards CAD pour financer des investissements dans des infrastructures vertes et d'autres projets environnementaux. La Colombie, l'Inde et Singapour envisagent de vendre des obligations vertes en 2022, et des pays comme le Chili, l'Égypte et l'Indonésie se préparent à revenir sur le marché. Avec la croissance rapide du marché, les investisseurs bénéficieront d'une plus grande diversification et d'un éventail d'options de placement.

Poussée climatique mondiale

Les initiatives climatiques encourageront également l'émission d'obligations vertes, les gouvernements s'engageant davantage à améliorer leurs pratiques environnementales. Plus de 70 pays ont fixé des objectifs nets zéro qui couvrent environ 76% des émissions mondiales de gaz à effet de serre dans les régions comprenant les plus grands pollueurs du monde – La Chine, les États-Unis et l'UE.

La Conférence des Nations Unies sur les changements climatiques de 2021 (COP26) a introduit de nouveaux objectifs en matière de biodiversité, de charbon et d'émissions de méthane. Ces initiatives devraient à terme se traduire par des évolutions réglementaires. Les entreprises doivent s'attendre à ce que les investisseurs exigent des informations plus détaillées sur leurs plans de lutte contre la déforestation et d'élimination progressive des combustibles fossiles.

Coup de pouce de la réglementation

La réglementation renforcera et élargira également le marché en exigeant une divulgation et une transparence accrues. En Europe, les gestionnaires d'actifs et les autres acteurs des marchés financiers intensifient leurs rapports pour se conformer au règlement sur la communication financière durable (SFDR), y compris des informations détaillées sur la manière dont ils réduisent les impacts négatifs que leurs investissements pourraient avoir sur l'environnement.

En général, les entreprises sont également confrontées à des règles de déclaration plus strictes. En Europe, la directive sur les informations non financières oblige environ 11’700 grandes entreprises à divulguer des informations environnementales, sociales et de gouvernance (ESG). Un successeur proposé à la NFRD, la Corporate Sustainability Reporting Directive, étendrait cette exigence à environ 50’000 entreprises. Aux États-Unis, la Securities and Exchange Commission envisage également d'obliger les entreprises publiques à divulguer les risques climatiques.

Ces initiatives réglementaires devraient encourager les entreprises à adopter des modèles commerciaux plus durables, en élargissant l'univers d'investissement pour les investisseurs en obligations vertes. En offrant une plus grande transparence et comparabilité des données ESG, ces réglementations devraient également renforcer la crédibilité du marché de l'investissement durable, y compris les obligations vertes, conduisant à une augmentation des investissements.

A lire aussi...