Identifier les opportunités et les risques liés aux facteurs

Laura Jalabert, BlackRock

1 minutes de lecture

«Nous continuons à rester neutres sur le facteur volatilité tout en diminuant légèrement notre position», a commenté Laura Jalabert de BlackRock.

Les investisseurs utilisent des facteurs pour gérer leurs portefeuilles depuis des décennies. Par facteurs nous entendons des facteurs de rendement généraux et persistants permettant aux investisseurs d’obtenir des résultats qui pourraient être différents de ceux du «marché». Ci-après, nous nous concentrons sur l'application d'une approche rotationnelle aux facteurs de style au sein des actions:

  • Volatilité minimale (actions présentant un risque historiquement plus faible),
  • Momentum (actions dont le prix est en hausse),
  • Valeur (actions sous-cotées par rapport aux fondamentaux),
  • Qualité (bilans solides et résultats stables), et
  • Taille (petites entreprises plus agiles).

Soutenus par des recherches universitaires, ces cinq facteurs ont toujours été des moteurs de rendements intéressants sur des marchés vastes. Motivés par des raisons économiques différentes, ils ont eu tendance à surperformer à des moments différents, ont donc de faibles corrélations entre eux et créent ainsi des opportunités d'utilisation dynamique au fur et à mesure que le marché évolue. De l'avis du gestionnaire d'actifs BlackRock, les facteurs ajoutent une valeur significative à la diversification des portefeuilles. Il est donc important pour les investisseurs d’identifier les opportunités et les risques actuels liés aux facteurs afin d'optimiser leur portefeuille en conséquence..

Analyse factorielle mensuelle

«Nous continuons à rester neutres sur le facteur volatilité tout en diminuant légèrement notre position», commente Laura Jalabert, en charge des ETFs et fonds indiciels sur la Romandie et le Tessin. «Bien que ce facteur plus défensif continue à être favorisé dans le régime économique actuel, sa portée relative diminue toujours. Nous continuons de sous-pondérer fermement le facteur momentum. Le régime économique actuel reste peu intéressant pour ce facteur, qui performe nettement mieux en période de croissance robuste et accélérée. Nous restons neutres vis-à-vis du facteur valeur tout en réduisant légèrement notre position. Ce facteur tend à donner les meilleurs résultats en période de croissance accélérée, et le régime économique actuel de contraction continue de favoriser des facteurs plus défensifs, renforçant notre position neutre. Nous continuons à être en surpondération sur le facteur qualité, qui est nettement plus pertinent que les autres facteurs. Le régime économique reste en effet favorable à cette stratégie plus défensive et sa force relative s’est encore améliorée. Nous sommes passés de neutre a une légère surpondération du facteur taille, basé sur les évaluations a la fois des revenus futurs et de la trésorerie. Ce facteur est donc relativement bon marché comparé aux autres, notamment ceux basés sur les flux de trésorerie».

A lire aussi...