USA: productivité en hausse fin 2019, mais moins qu’annoncé

AWP

1 minutes de lecture

D’octobre à décembre, la productivité (hors secteur agricole) a augmenté de 1,2%, au lieu de 1,4% initialement annoncé. Les analystes tablaient sur 1,3%.

La productivité aux Etats-Unis a, au quatrième trimestre 2019, progressé un peu moins qu’annoncé dans la première estimation, et est légèrement inférieure aux attentes des analystes, selon les chiffres révisés publiés jeudi par le département du Travail.

D’octobre à décembre, la productivité (hors secteur agricole) a augmenté de 1,2%, au lieu de 1,4% initialement annoncé. Les analystes tablaient sur 1,3%.

Cette hausse s’explique par une hausse cumulée de la production, de 2,4%, et du nombre d’heures travaillées, de 1,2%.

La productivité était repartie à la hausse, après avoir reculé au troisième trimestre pour la première fois depuis 2015.

Par rapport au quatrième trimestre 2018, la hausse est de 1,8%. La productivité a augmenté de 2,6% et le nombre d’heures travaillées de 0,8%.

Sur l’ensemble de l’année 2019, la croissance de la productivité est de 1,9%, un peu supérieure au chiffre de 1,7% initialement annoncé. Il s’agit de la plus forte hausse depuis 2010, quand la productivité avait progressé de 3,4%.

La productivité du secteur manufacturier a reculé de 0,8% sur le dernier trimestre, alors que le secteur a été particulièrement affecté par la guerre commerciale menée par le président américain Donald Trump contre la Chine. Sur l’ensemble de l’année 2019, la productivité du secteur est restée quasi-stable (+0,1%).

«Malgré la reprise conjoncturelle de l’an dernier, la croissance de la productivité continue d’être limitée par des facteurs structurels tels qu’une diffusion et une adoption des technologies lentes et une baisse du dynamisme des entreprises», soulignent les analystes d’Oxford Economics dans une note.

Selon eux, «la croissance de la productivité ne devrait pas progresser davantage», en raison des investissements encore faibles des entreprises et d’une «dynamique économique (qui devrait) ralentir sensiblement en raison du coronavirus».

A lire aussi...