L’euro passe la barre de 1,18 dollar, toujours tiré par la BCE

AWP

1 minutes de lecture

La devise européenne valait 1,1811 dollar vers 21h contre 1,1774 mercredi soir.

L’euro poursuivait jeudi sa hausse face au dollar, toujours soutenu par la possibilité que la Banque centrale européenne (BCE) prépare la fin de son programme de rachat de dette lors de sa réunion de la semaine prochaine.

Vers 19H00 GMT (21H00 heure de Paris), la monnaie unique européenne valait 1,1811 dollar contre 1,1774 mercredi à 21H00 GMT.

La devise européenne baissait face à la monnaie nippone à 129,59 yens, contre 129,74 yens mercredi soir.

Le dollar reculait face à la devise japonaise à 109,73 yens, contre 110,18 yens la veille.

«Nous pensons qu’entre maintenant et la réunion de la BCE (le 14 juin), il est probable que la tendance soit à la hausse» sur l’euro, a expliqué Naeem Aslam, analyste pour Think Markets.

«Pourquoi? Car il est l’heure que la BCE montre les muscles et adopte une position ferme sur la fin de sa politique monétaire accommodante», a-t-il poursuivi.

Le chef économiste de l’institution, Peter Praet, a estimé mercredi à Berlin que l’inflation en zone euro remontait suffisamment pour débattre la semaine prochaine de l’abandon de son vaste programme de rachats de dette, surnommé QE.

La BCE a acheté depuis mars 2015 pour plus de 2.400 milliards d’euros d’obligations sur le marché, afin de soutenir la croissance et les prix, et continue de le faire au rythme de 30 milliards d’euros par mois et ce au moins jusqu’à septembre prochain.

La hausse des taux en zone euro devrait intervenir après la fin du QE.

Un relèvement des taux rend l’euro plus rémunérateur et donc plus attractif pour les cambistes.

Les analystes de Commerzbank ont estimé que, du fait de ce commentaire de M. Praet, «la monnaie unique a été capable de se débarrasser des derniers vestiges de la mini-crise italienne» qui, la semaine dernière, a fait douter certains analystes de la capacité de la banque centrale à suivre son calendrier.

Côté indicateurs, les cambistes digéraient la troisième estimation de la croissance en zone euro au premier trimestre et le niveau des commandes industrielles en Allemagne pour avril.

Alors que la croissance a ralenti à 0,4% par rapport au dernier trimestre 2017, les commandes passées à l’industrie allemande ont plongé de 2,5% sur un mois en avril, après s’être déjà nettement contractées de 1,1% en mars, une «douche froide» selon Carsten Brzeski, analyste ING.

Aux Etats-Unis, après les chiffres très bien accueillis sur l’emploi de vendredi dernier, les inscriptions hebdomadaires au chômage aux Etats-Unis ont très légèrement diminué sur la semaine close le 2 juin à 222.000, cela ne suffisant pas à donner de la vigueur au billet vert.

«Les acheteurs de dollars gardent peut-être des forces pour la semaine prochaine lorsque la banque centrale américaine annoncera selon toute vraisemblance une hausse de taux», ont affirmé les analystes de Western Union.

Vers 19H00 GMT, l’once d’or valait 1.297,12 dollars, contre 1.296,40 dollars mercredi.

La monnaie chinoise a terminé à 6,3921 yuans pour un dollar à 15H30 GMT contre 6,3884 yuans mercredi.

Le bitcoin valait 7.695,98 dollars, contre 7.619,32 dollars mercredi, selon des chiffres compilés par le fournisseur de données financières Bloomberg.

A lire aussi...