L’euro interrompt sa chute face au dollar

AWP

1 minutes de lecture

La monnaie européenne valait 1,1611 dollar vers 21h contre 1,1568 dollar jeudi soir et 1,1791 dollar mercredi.

L’euro, au plus bas depuis onze mois face au dollar en début de séance, a regagné du terrain en cours de séance vendredi alors que les investisseurs craignent une guerre commerciale entre les Etats-Unis et la Chine.

Vers 19h00 GMT (21h00 heure de Paris), la monnaie unique européenne valait 1,1611 dollar contre 1,1568 dollar jeudi à 21h00 GMT. Vers 07h15 GMT, l’euro est tombé jusqu’à 1,1543 dollar, son plus bas niveau depuis juillet 2017.

La devise européenne remontait face à la monnaie nipponne à 128,41 yens, contre 127,98 yens jeudi soir.

Le dollar baissait un peu face à la devise japonaise à 110,60 yens, contre 110,63 yens la veille.

Le billet vert «a repris un peu son souffle» après avoir grimpé en début de séance à son plus haut niveau depuis plusieurs mois face aux principales devises, a observé Joe Manimbo de Western Union Business.

«Entre des indicateurs américains encourageants, une Fed (banque centrale américaine) prête à resserrer sa politique monétaire et une BCE (banque centrale européenne) prête à prolonger sa politique monétaire accommodante, les perspectives pour le dollar sont plutôt bonnes», a-t-il souligné.

Mais «les gains du dollar sont mis en danger par les tensions persistantes entre les Etats-Unis et ses principaux partenaires commerciaux qui peuvent décider de riposter, un scénario qui pourrait assombrir des prévisions par ailleurs plutôt optimistes pour l’économie de la première économie mondiale», a ajouté M. Manimbo.

Les échanges étaient ainsi dominés vendredi par les nouveaux droits de douane de 25% sur 50 milliards de dollars d’importations chinoises annoncées par Washington. Une décision à laquelle Pékin a immédiatement répliqué.

Jeudi, les 28 Etats membres de l’Union européenne avaient aussi validé «à l’unanimité» des mesures de rétorsion contre certains produits américains, comme les jeans, le bourbon ou les motos, en réponse aux taxes imposées par Washington sur l’acier et l’aluminium.

Dans ce contexte, l’euro profitait principalement de la faiblesse de la monnaie américaine après avoir été fortement secoué la veille par les annonces de la BCE, qui a indiqué vouloir mettre fin à son programme de rachat d’actifs en décembre.

«Cette décision était plus ou moins attendue par les investisseurs», ont relevé les analystes de Saxo Banque.

«En revanche, la BCE a pris tout le monde de court en annonçant qu’elle maintiendrait ses taux inchangés +au moins jusqu’à l’été 2019 et, en tout cas, aussi longtemps que nécessaire+», ont-ils poursuivi.

«Le contraste avec le volontarisme de la Fed», qui a décidé mercredi d’accélérer la normalisation de sa politique monétaire au vu de la bonne santé de l’économie américaine, «n’aurait pas pu être plus flagrant», ont jugé les analystes de RaboBank.

Quant à la Banque du Japon (BoJ), elle a été contrainte face à la faiblesse persistante de l’inflation de prolonger vendredi sa politique monétaire ultra-accommodante, une décision de nature à peser sur le yen.

Vers 19h00 GMT, l’once d’or valait 1.280,15 dollars, contre 1.302,18 dollars jeudi.

La monnaie chinoise a terminé à 15h30 GMT à 6,4387 yuans pour un dollar, contre 6,4017 yuans jeudi.

Le bitcoin valait 6.553,12 dollars, contre 6.658,778 dollars la veille, selon des chiffres compilés par Bloomberg.

A lire aussi...