La Commission européenne ajuste ses «objections» à l’encontre de Credit Suisse

AWP

1 minutes de lecture

Cet ajustement suit celui reçu en juillet 2018, et qui figure dans le rapport d’activité de la même année, a rappelé la grande banque lundi dans une prise de position.

Credit Suisse a été informée par la Commission européenne d’une modification des griefs formulés à l’égard de l’établissement dans le cadre d’une enquête sur de supposées manipulations sur le marché des devises. Le numéro deux bancaire helvétique s’inscrit en faux contre ces accusations.

Cet ajustement suit celui reçu en juillet 2018, et qui figure dans le rapport d’activité de la même année, a rappelé la grande banque lundi dans une prise de position écrite à AWP.

L’Union européenne mène depuis plusieurs années une enquête sur l’entente de plusieurs banques dans le négoce de devises. En juillet 2018, la Commission avait adressé ses reproches à au moins sept établissements, parmi lesquels Credit Suisse.

En 2019, elle avait sanctionné cinq banques - Barclays, RBS (désormais NatWest), Citigroup, JPMorgan et Mitsubishi - pour un montant cumulé de plus de 1 milliard d’euros. En juin de la même année, la Commission de la concurrence (Comco) les avait amendées à hauteur de 90 millions de francs supplémentaires.

UBS était alors passé entre les gouttes pour avoir dénoncé le mécanisme auprès des autorités.

Credit Suisse a fait part à AWP de son intention de se défendre contre les accusations de la Commission. La banque se dit toujours convaincue de ne pas avoir adopté un comportement systématique sur le marché des changes violant les règles de concurrence de l’Union européenne.

 

S&P confirme sa notation de crédit de Credit Suisse à «A+»
Standard & Poor’s confirme la notation de crédit attribuée à Credit Suisse après la liquidation des quatre fonds de financement «Supply Chain» créés en partenariat avec le prestataire de services financiers britannique Greensill. L’agence de notation a indiqué samedi dans un communiqué la maintenir à «A+», accompagnée d’une perspective stable.
Les événements entourant les fonds d’investissements proposés avec Greensill Capital sont peu susceptibles d’entraîner des dommages financiers substantiels ou une atteinte durable à la réputation du numéro deux bancaire helvétique, a relevé S&P. La notation actuelle permet de prendre en compte les risques découlant de la liquidation des fonds et des relations d’affaires avec Greensill.
La perspective stable reflète également l’évaluation selon laquelle la liquidation des fonds ou l’effondrement de Greensill et les enquêtes connexes n’auront pas d’impact significatif sur le groupe bancaire.

A lire aussi...