Credit Suisse liquide à son tour les fonds liés à Greensill

AWP

1 minutes de lecture

Le numéro deux bancaire helvétique va commencer le remboursement des quelque 10 milliards de dollars (9,3 milliards de francs) investis dans ces véhicules de placement dits «Supply Chain Finance».

Credit Suisse se résout à liquider les fonds liés à la société d’investissement controversée Greensill. Le numéro deux bancaire helvétique va commencer le remboursement des quelque 10 milliards de dollars (9,3 milliards de francs) investis dans ces véhicules de placement dits «Supply Chain Finance».

Attendus d’ici lundi, les premiers versements représentent 80% du total des volumes des quatre fonds, indique vendredi la grande banque, respectivement sa division de gestion d’actifs. Lundi, Credit Suisse avait annoncé la suspension des nouvelles souscriptions et des rachats pour ces instruments financiers.

Les fonds «Supply Chain Finance» sont composés d’actifs sélectionnés par la société britannique Greensill, spécialisée dans le prêt. Celle-ci se trouve au bord de la faillite en raison de doutes sur la valeur de ses actifs, avec le risque en cas d’effondrement de mettre en difficultés de nombreuses entreprises.

Signe de la gravité de la situation, le Financial Times révélait mardi que le régulateur financier allemand, la Bafin, avait décidé de gérer les opérations quotidiennes de Greensill Bank, la filiale allemande.

Greensill n’est pas une banque à proprement parler, mais une société financière spécialisée dans la gestion de la trésorerie des entreprises. Concrètement, elle leur prête de l’argent pour aider à payer les factures: une forme d’affacturage.

Credit Suisse n’est pas l’unique institution financière helvétique concernée par les soucis de Greensill. Le gestionnaire d’actifs GAM a annoncé mardi la liquidation de ses propres fonds «Supply Chain Finance», dans lesquels 842 millions de dollars étaient investis.

Il ne s’agit pas d’une première: Greensill avait menacé l’existence de GAM et entraîné la chute de son gérant star Tim Haywood en 2018, une grave crise de laquelle le groupe zurichois tente encore de se remettre.

A lire aussi...