Fonds liés à Greensill: Credit Suisse veut rembourser les investisseurs

AWP

1 minutes de lecture

La banque examine les mécanismes pour rembourser les investisseurs en prélevant sur les montants excédentaires.

Credit Suisse prévoit de rembourser les investisseurs avec l’argent gelé dans le cadre des fonds liés à Greensill Capital en difficulté. En raison de la grande quantité de liquidités dans ces fonds, la banque examine les mécanismes pour rembourser les investisseurs en prélevant sur les montants excédentaires, a-t-elle indiqué mercredi soir. 

Lundi, la banque aux deux voiles avait décidé de suspendre le négoce de sa gamme de fonds «Supply Chain Finance», en raison d’incertitudes autour de la valorisation de ces véhicules de placement, distribués uniquement auprès d’investisseurs institutionnels. La fortune totale de ces fonds est d’environ 10 milliards de dollars. 

Le remboursement envisagé sers déterminé selon les liquidités disponibles fonds par fonds. Ces liquidités varient de 16% à 68% selon les fonds, a précisé Credit Suisse. 

A la suite de la décision de lundi de Credit Suisse et de celle de GAM mardi de prendre aussi des mesures, d’importantes sources de financement de la société britannico-australienne Greensill Capital avaient été retirées. 

Ce mercredi, cela a été au tout du superviseur financier allemand, le Bafin, d’ordonner la suspension immédiate des activités de l’établissement financier Greensill Bank, filiale allemande de Greensill, en raison d’un «risque imminent de surendettement».

Le Bafin a précisé avoir imposé un «moratoire» à cette banque dont la maison mère, au modèle controversé, risque la faillite. Le régulateur «interdit aujourd’hui à Greensill Bank AG de procéder à des cessions et à des paiements car il existe un risque imminent de surendettement de la banque», selon la décision.

Greensill Bank, dont le siège se trouve à Brême, dans le nord du pays, est depuis plusieurs semaines dans le viseur du superviseur allemand qui a nommé, fait rare, un «représentant spécial» en charge de l’établissement après avoir constaté des problèmes dans ses comptes.

A lire aussi...