Un début de deuxième trimestre encourageant qui mérite confirmation

Philippe G. Müller, UBS

2 minutes de lecture

Il faudrait que la croissance du PIB et des bénéfices s'avère meilleure que prévu pour propulser les marchés plus haut.


©Keystone

La semaine dernière, les actions mondiales ont poursuivi leur rebond, dans le sillage de leur meilleure performance depuis le troisième trimestre 2009. Les données économiques encourageantes et les signes d'avancée dans les négociations commerciales entre les Etats-Unis et la Chine ont soutenu les marchés. 

Les marchés des actions reflètent désormais un scénario économique relativement clément. Par conséquent, il faudrait que la croissance du PIB et des bénéfices s'avère meilleure que prévu pour propulser les marchés plus haut.

La courbe des rendements des bons du Trésor
à trois mois et à dix ans est repassée en terrain positif.

Après un rendement total de 12% en devise locale au premier trimestre, l'indice MSCI AC World s'est encore adjugé 2,2% supplémentaires la semaine dernière. En revanche, les cours des obligations ont baissé et la courbe des rendements des bons du Trésor à trois mois et à dix ans, qui s'était inversée fin mars pour la première fois depuis 2007, est repassée en terrain positif. Ce redressement est essentiellement imputable à divers facteurs.

Signes d'amorce d'une reprise de la croissance

En Chine, les indices PMI manufacturiers – aussi bien l'indice officiel que celui calculé par la banque Caixin – ont enregistré en mars un rebond plus net que prévu et sont repassés au-dessus du seuil des 50 points synonyme d'expansion. 

L'indice ISM manufacturier aux Etats-Unis et le PMI des services en zone euro ont également dépassé les prévisions. Cela a alimenté l'espoir d'une stabilisation du ralentissement de la croissance mondiale.

Avancées dans les négociations sino-américaines

Les responsables américains ont qualifié les pourparlers en cours de «productifs». Les discussions portent désormais sur la durée pendant laquelle la Chine devra respecter ses nouveaux engagements en matière d'achat de matières premières et de règles relatives à la propriété étrangère. 

Le rebond en cours des actions signifie que les marchés
tablent désormais sur un scénario Chine-US relativement clément.

La Chine a fait de nouvelles concessions: elle classera le Fentanyl et tous ses dérivés sur sa liste des substances réglementées, prolongera la suspension du relèvement des droits de douane sur les automobiles américaines et achètera davantage de soja aux Etats-Unis. Les détails divulgués ont conforté les investisseurs dans l'idée que les pourparlers touchent peut-être à leur fin.

Néanmoins, le rebond en cours des actions signifie que les marchés tablent désormais sur un scénario relativement clément. Pour propulser les marchés plus haut, il faudrait des indices de rebond, et non plus seulement de stabilisation, et que la croissance des bénéfices se poursuit. Il faudrait aussi que la courbe plate des rendements n'aboutisse pas à une diminution du crédit bancaire.

Des signes que la reprise devient plus générale

La reprise est poussive et l'Allemagne est un maillon faible notable. Depuis la mi-2012, selon le PMI, l'activité manufacturière allemande enregistre sa contraction la plus marquée et les commandes industrielles sont tombées à leur plus bas niveau depuis deux ans, notamment celles en provenance de l'étranger. 

Les pourparlers constructifs entre les Etats-Unis et la Chine sont encourageants, mais il faudra qu'un accord soit signé pour dissiper l'incertitude qui pèse sur le commerce mondial et l'investissement des entreprises. Ce qui explique en bonne partie le ralentissement de la croissance mondiale.

L’impact de l'assouplissement de la politique de la Fed 

Au quatrième trimestre 2018, l'enquête de la Réserve fédérale auprès des responsables de crédit – un indicateur avancé de l'évolution du crédit qui, historiquement, est un signe précurseur des corrections boursières plus fiable qu'une inversion de la courbe des rendements –a mis en évidence un certain resserrement des conditions de crédit par les banques et un fléchissement de la demande de crédit de la part des entreprises et des ménages. 

Pour la zone euro, on peut actuellement prévoir cette année
une croissance du BPA de 2,5%.

Après le virage conciliant de la Fed, les conditions financières se sont améliorées. Selon l'indice de la Fed de Chicago, il faut remonter à 1994 pour trouver des conditions aussi souples. Il conviendra de surveiller si cette amélioration transparaît dans l'enquête auprès des responsables de crédit au premier trimestre 2019.

Signes de rebond de la croissance des bénéfices des entreprises

Aux Etats-Unis, étant donné la récente mauvaise passe de l'économie, la croissance des bénéfices au premier trimestre pourrait s'inscrire dans une fourchette de 0 à 2% seulement. Néanmoins, les indicateurs avancés suggèrent un rebond d'ici quelques mois et une croissance du bénéfice par action (BPA) de 3% en 2019 (contre 4% précédemment).

Quant à la zone euro, on peut actuellement prévoir cette année une croissance du BPA de 2,5%, même si une révision à la baisse est possible étant donné le récent accès de faiblesse de l'économie. La saison de publication des résultats du premier trimestre et les prévisions des entreprises sont à surveiller afin de déceler les signes de stabilisation de la croissance des bénéfices.

Une allocation d'actifs tactique devrait refléter une prise de risque modeste, contrebalancée par des positions anticycliques et des couvertures afin de se mettre à l'abri des mauvaises surprises. 

Dans un scénario de référence – qui envisagerait une croissance proche de la tendance aux Etats-Unis et une stabilité des taux de la Fed –le S&P 500 pourrait encore grappiller 2 à 3% au cours des six prochains mois. Un potentiel de hausse plus significatif supposerait une révision à la hausse des prévisions de croissance du PIB et des bénéfices.

A lire aussi...