Projections sur le pétrole brut

Norman Villamin, Union Bancaire Privée (UBP)

1 minutes de lecture

Le dénouement des positions spéculatives a été l’un des principaux facteurs de la baisse de 20% du pétrole brut par rapport à ses sommets d’octobre.

Points clés
  • Le resserrement de l'offre qui a caractérisé le marché du pétrole en 2017 s'est atténué en 2018.

  • Le dénouement des positions spéculatives a été l’un des principaux facteurs de la baisse de 20% du pétrole brut par rapport à ses sommets d’octobre.

  • Les préoccupations concernant l'impact des dérogations accordées par les États-Unis pour permettre aux pays d'importer du pétrole iranien semblent exagérées.

  • Les capacités excédentaires de l'OPEP se situent à des niveaux historiquement bas, ce qui rend le marché vulnérable à toute perturbation future de l'offre.

  • Le rapport risque / rendement commence à se dégrader en faveur de la hausse des prix du pétrole brut, en particulier si les positions spéculatives continuent de se dénouer dans les semaines à venir.

  • Les sociétés énergétiques européennes intégrées sont les mieux placées pour tirer parti de la stabilité des prix du brut sous-jacent à l'avenir.

La baisse de 20% du pétrole brut par rapport à ses sommets d’octobre a incité les acteurs du marché à affirmer que l’un des principaux facteurs de la vente était l’émission de dérogations par les États-Unis pour permettre aux pays de contourner les sanctions nouvellement réimposées sur l'achat de pétrole iranien.

Cependant, nous estimons que la chute des prix du brut est principalement due à la liquidation des positions spéculatives sur les marchés à terme, aggravée par un changement dans l'équilibre fondamental de l'offre et de la demande du marché sous-jacent du pétrole brut depuis mi-2017.

 

A lire aussi...