Les sociétés à gouvernance responsable

Lars Kalbreier, Edmond de Rothschild

2 minutes de lecture

Les sociétés à gouvernance responsable présentent une vision de long terme et des risques maitrisés.


©Keystone

Afin d’éviter la détention au sein de nos portefeuilles de sociétés exposées à des controverses importantes ou pouvant pâtir d’une insuffisance dans le contrôle de leurs risques, nous avons étudié les sociétés à actionnariat stable et solide. Selon notre définition, ces entreprises se caractérisent par la présence d’un actionnaire principal détenant au minimum 15% des droits de vote ou du capital. Ces sociétés représentent un univers très hétérogène mais possèdent un dénominateur commun : la durabilité du patrimoine de leurs actionnaires. Ceci leur confère par conséquent quatre avantages compétitifs vis-à-vis des autres sociétés cotées.

Premièrement, les actionnaires de ces sociétés ont généralement une vision stratégique de leur entreprise à long terme. Ils visent à générer une croissance stable et durable de leurs actifs, afin de transmettre leur patrimoine à la génération suivante. Cette approche se traduit par un niveau d’investissement en capital plus élevé, de l’ordre de 10% par rapport à la moyenne de leurs secteurs, et des dépenses de recherche et développement en moyenne supérieures de 11%, selon nos calculs. Ces sociétés privilégient davantage le capital humain, résultant d’une main d’œuvre expérimentée, mieux formée, plus stable et fidèle. Plus innovantes que leur concurrentes, ces sociétés affichent un retour sur investissement supérieur aux autres entreprises cotées. 

La présence d’un actionnaire pérenne réduit le risque de mauvaise gestion ou de coûts superflus.

Deuxièmement, les sociétés à actionnariat stable ont tendance à se concentrer sur leur métier de base et à limiter le nombre de leurs activités, ce qui améliore leur rentabilité. Une récente étude d’un consultant démontre que les sociétés américaines avec un actionnariat stable ne s’étendent que très rarement au-delà de quatre activités principales, contre six pour leurs rivaux directs. L’investissement et l’innovation se concentrent donc à un nombre limité de domaines, augmentant ainsi leur compétitivité. Les principaux actionnaires de ces sociétés sont généralement très impliqués dans la gestion de leur entreprise et conservent ainsi une supervision étroite des dirigeants.

Troisième avantage comparatif: un contrôle plus strict du dirigeant par un actionnaire fort et stable réduit le risque que les dirigeants soient enclins à poursuivre leurs intérêts propres au détriment de ceux des actionnaires. La présence d’un actionnaire pérenne réduit également le risque de mauvaise gestion ou de coûts superflus. Pour parvenir à cet alignement d’intérêts, un observateur, appelé «watchdog» représentant l’actionnaire principal est souvent nommé au sein du conseil d’administration de l’entreprise, où il surveille avec diligence les décisions prises pour qu’elles s’orientent dans l’intérêt actionnarial. Les entreprises à actionnariat stable présentent donc un profil de risque plus limité que leurs pairs: leur niveau d’endettement est inférieur de 15% en moyenne par rapport aux entreprises traditionnelles, selon nos estimations.

La polarisation sur le long terme permet de mieux tenir compte de l’impact environnemental lié à l’activité de l’entreprise.

Enfin, les sociétés à actionnariat stable et solide se distinguent des autres entreprises par une politique plus active sur les plans environnementaux, sociaux et de gouvernance (ESG). Le modèle de notification ESG développé au sein de notre banque privée démontre qu’elles obtiennent en moyenne une note supérieure de 7% à celle des autres sociétés cotées et ce, pour de multiples raisons. Tout d’abord, la polarisation sur le long terme permet de mieux tenir compte de l’impact environnemental lié à l’activité de l’entreprise, par opposition à une société tournée sur le court terme s’intéressant moins à ces problématiques. L’investissement important de ces entreprises dans le capital humain leur permet aussi d’obtenir des notations supérieures à la moyenne sur le plan social. En termes de gouvernance, elles démontrent une qualité supérieure en temps de crise et sont moins exposées que la moyenne à des controverses: seules 2,5% des sociétés à actionnariat stable ont eu des controverses sévères de 2015 à 2020, contre 3,7% des autres entreprises cotées, selon plusieurs media.

Ces quatre avantages compétitifs: orientation à long terme, concentration sur leurs activités principales, étroit alignement d’intérêts entre actionnaires et dirigeants et un meilleur score ESG, sont des catalyseurs pour le succès des sociétés à actionnariat stable et solide. De ce fait, ces entreprises ont eu historiquement tendance à générer des performances supérieures au reste de la cote: leur surperformance annuelle a été de 4,0% par an en moyenne comparée à l’indice MSCI All Country World depuis 2010, selon nos calculs. Ceci renforce notre conviction de privilégier les titres de sociétés à gouvernance responsable au sein des portefeuilles de nos clients, d’autant plus que leur présence réduit fortement le risque d’un fort impact négatif lié à de possibles controverses.

Performance des sociétés à gouvernance responsable

 
Source: Edmond de Rothschild, Bloomberg

A lire aussi...