Les séquelles de la crise du carburant de 2022

DWS

2 minutes de lecture

Graphique de la semaine de DWS. Les prix de l'essence varient énormément dans le monde. Cette situation est le reflet de la politique et des habitudes.


© Keystone

Dans de nombreuses démocraties du monde, la colère suscitée par la hausse du prix de l'essence – ou prix du pétrole – a un long passé politique. La dernière crise ne fait pas exception. Cependant, sous la surface, on observe un certain nombre de tendances intéressantes, qui reflètent les choix politiques passés et récents. Ces tendances sont illustrées dans notre graphique de la semaine, qui compare les prix de détail de l'essence aux États-Unis, au Japon et en Allemagne. D'une part, les prix moyens aux États-Unis, même lorsqu'ils ont atteint leur sommet en juin, au début de la saison estivale de conduite, n'étaient pas particulièrement élevés par rapport aux normes internationales. D'autre part, les États-Unis se distinguent par la volatilité des prix, surtout si l'on prend comme point de départ les creux observés au début de la pandémie de Covid au printemps 2020.

Les prix du pétrole brut et des produits raffinés, comme l'essence, ont tendance à refléter principalement les fluctuations de l'offre et de la demande mondiales, les facteurs locaux n'ayant généralement qu'une importance marginale, quelle que soit la durée de la période. Par exemple, lorsque les prix du brut américain sont devenus brièvement négatifs en avril 2020, en raison d'un manque de capacité de stockage à un point de livraison clé en Oklahoma, cela a eu un impact sur les prix du pétrole et de l'essence à l'échelle mondiale.

Les prix de l'essence à la pompe varient considérablement dans le monde, tant en ce qui concerne leur niveau que leur évolution récente

* Comprend les taxes et les mesures d'allègement temporaires ou les subventions, telles que celles introduites par le Japon en janvier 2022 et l'Allemagne pour juin, juillet et août 2022.

Sources: FactSet Research Systems Inc: FactSet Research Systems Inc, Bloomberg Finance L.P., DWS Investment GmbH au 8/8/22

Pour un bien aussi fongible que l'essence, ce qui compte en termes de différences nationales, ce sont deux facteurs interdépendants: la politique et les habitudes. Les pays diffèrent depuis longtemps dans la manière dont les carburants sont taxés et dont ces taxes sont calculées. Dans le monde industrialisé, les États-Unis font figure d'exception en raison de la faiblesse de leurs taxes sur l'essence (un peu plus de 10% récemment). À l'autre extrême, les prélèvements de toutes sortes dans des pays tels que l'Allemagne représentent souvent, historiquement, plus de la moitié des prix de détail. Cela s'explique en partie par le fait que, lors de chaque crise énergétique, les politiciens de tous bords sont tentés de promouvoir des exonérations temporaires des taxes sur les carburants, introduites en Allemagne pour l'été, ou même des subventions, conçues pour stabiliser les prix à la pompe au Japon. Avec la même régularité, les économistes de tous bords idéologiques ont tendance à mettre en garde contre de telles mesures. Si tant est qu'elles soient répercutées sur les conducteurs, ce qui est rarement le cas.

Sur une note plus encourageante, certains des paquets récents comprennent également des mesures visant à rendre les transports publics plus abordables. Comme le suggère l'expérience des années 1970, les consommateurs ont tendance à réagir à la hausse des prix de l'essence en achetant des voitures plus efficaces, en conduisant moins et en se rapprochant de leur lieu de travail. De plus, si des alternatives sont disponibles, les habitudes prises en les utilisant peuvent être assez tenaces. C'est peut-être l'une des raisons pour lesquelles les prix de l'essence aux États-Unis ont défié les prédictions de nouvelles hausses qui auraient ruiné la saison estivale de conduite. La dernière crise énergétique ayant suivi de près la pandémie de Covid, les chercheurs pourraient bien, à l'avenir, mettre en avant l'essor du télétravail et de diverses activités en ligne comme l'une des raisons pour lesquelles la demande de carburant semble être déjà devenue plus élastique.

A lire aussi...