L’inflation et le variant indien en troubleurs de fête

Steven Bell, BMO Global Asset Management

2 minutes de lecture

Les inquiétudes concernant l'inflation sont un vent contraire pour les actions. Les rendements obligataires, quant à eux, devraient augmenter.


© Keystone

Les prévisionnistes économiques sont normalement assez bons pour prédire l'inflation des prix à la consommation aux États-Unis, en particulier l'indice de base, qui exclut les aliments et l'énergie volatils. Une erreur de 0,2% pour la variation mensuelle serait une erreur importante en temps normal. La semaine dernière, les marchés s'attendaient à une augmentation de 0,3% en glissement mensuel, or elle a atteint le chiffre colossal de 0,9%.  Et cela a été suivi d'une forte hausse des prix à la production aux États-Unis, une mesure de l'inflation en cours.

La Fed veut rassurer

Bien que les prévisions d'inflation au point mort aux États-Unis soient en hausse depuis près d'un an, les données publiées la semaine dernière par l’Université du Michigan ont montré que les consommateurs s’attendaient à une possible augmentation de l'inflation. Il semble en effet évident que l'inflation américaine va continuer à augmenter dans les mois à venir, et pas seulement en raison des effets de base, puisque les baisses de prix de l'année dernière disparaissent des chiffres. Cette semaine seront publiés les chiffres de l'inflation au Royaume-Uni, et ils devraient montrer une dynamique semblable.

Avec près de 95% de vaccinés chez les plus de 65 ans, il semble que le Royaume-Uni ait vacciné une proportion suffisante des groupes vulnérables.

Tout cela est inquiétant. La Fed tente toutefois de rassurer en soutenant que la poussée de l'inflation est temporaire, reflétant l'extraordinaire reprise de l'économie américaine. Les orateurs se succèdent pour marteler ce message. Mais pour combien de temps encore?

Des eaux agitées pour les marchés financiers

Les marchés devraient être secoués, d’ici à ce que les premiers signes d’atténuation des pressions sur les prix se manifestent.  L'indice de volatilité VIX a atteint 28% après les chiffres de la semaine dernière, contre 17% seulement il y a une semaine, mais il s'est à nouveau calmé.

L’inflation n’est pas la seule source d’inquiétudes. Le variant indien pourrait bien devenir le grain de sable qui fera dérailler la machine de la reprise britannique. En effet, le flux presque continu de bonnes nouvelles sur le virus au Royaume-Uni depuis le début de l'année a été interrompu par les craintes que le variant indien puisse réduire à néant une grande partie du bon travail accompli. Boris Johnson a déclaré que l'assouplissement général des restrictions prévu pour le 21 juin était incertain, mais il est encore trop tôt. La course pour contenir le virus est lancée. La décision du Premier ministre de retarder l'inscription de l'Inde sur la liste rouge pourrait revenir le hanter, surtout si elle est liée au désir d'obtenir un accord commercial.

 Le Royaume-Uni toujours en avance sur la vaccination

Néanmoins, avec près de 95% de vaccinés chez les plus de 65 ans, il semble que le Royaume-Uni ait vacciné une proportion suffisante des groupes vulnérables. Cela devrait permettre de limiter l'augmentation inévitable du nombre de nouveaux cas associés au nouveau variant et à l'assouplissement des mesures sanitaires, qui se traduit par une hausse des hospitalisations. En outre, le Royaume-Uni semble bien placé par rapport aux autres pays. Aucun autre grand pays n'a atteint les mêmes taux de pénétration que le Royaume-Uni. Aux États-Unis, 85% des plus de 65 ans ont reçu au moins une dose, un chiffre élevé mais qui signifie tout de même que le pourcentage de non-vaccinés est trois fois plus important qu'au Royaume-Uni. En effet, le programme de vaccination américain est désormais limité par l'adhésion (la demande). Dans tous les autres pays du monde, la limite est la disponibilité du vaccin (l'offre).

Alors, que penser de tout cela ? Les craintes liées à l'inflation vont s'intensifier. Elles représentent un vent contraire pour les actions. Mais je suis d'accord avec la Fed pour dire que ces pressions vont s'atténuer. Entre-temps, la reprise sur les marchés développés devrait se poursuivre. Tout cela signifie que les actions pourraient subir des revers importants tout en surperformant. Les rendements obligataires sont en hausse. Quant au Royaume-Uni, il semble mieux placé que la plupart des pays et a une bonne chance de contenir le variant indien.

A lire aussi...