Fed et croissance séculaire: une énigme technologique

Matthew Ward, Barings

3 minutes de lecture

La croissance élevée et durable permise par les entreprises technologiques pourrait faire un retour en grâce.


©Keystone

Les récentes turbulences sur les marchés d'actions ont été caractérisées par une rotation des valeurs de croissance hautement valorisées, telles que les entreprises technologiques, vers des sociétés bénéficiant de la hausse de l'inflation et des taux d'intérêt, notamment les banques et les entreprises énergétiques. Cette rotation a soulevé une question essentielle: la hausse de la demande dont ont bénéficié les entreprises technologiques au début de la pandémie était-elle passagère? Ou était-elle en fait le début d'une migration de l'activité économique vers le numérique?

La seconde hypothèse semble la plus vraisemblable: une fois que le marché aura absorbé le choc de la hausse des taux, l'attention se portera à nouveau sur les entreprises qui offrent une croissance structurelle à long terme. La faiblesse récente des entreprises technologiques et la volatilité accrue du marché due à l'évolution géopolitique en Ukraine offrent aux investisseurs l'occasion de prendre des positions sur les gagnants probables. Plus précisément, les entreprises technologiques qui peuvent répercuter l'inflation des coûts et offrir des solutions pour améliorer l'efficacité, et qui sont exposées à la croissance séculaire de l’informatique en nuage (cloud) et à la numérisation des industries traditionnelles, sont idéalement positionnées pour l'avenir.

La tendance de croissance concerne les services d’informatique en nuage.

Pendant les périodes de tension sur les marchés, d'importants flux de capitaux se dirigent vers la sortie, ce qui tend à entraîner des corrélations élevées entre les actions. Par exemple, vers la fin du mois de janvier, le marché a soudainement été incapable d'ignorer l'impact des mesures de resserrement des banques centrales. Il en a résulté une vente généralisée des valeurs de croissance et une augmentation des corrélations implicites entre les sociétés du Nasdaq à des niveaux qui n'avaient pas été observés depuis le début de la pandémie au premier trimestre 2020.

Retour aux fondamentaux

La tendance de croissance concerne les services d’informatique en nuage. Alors même que le marché s'interroge sur la durabilité de certaines des tendances à la numérisation qui ont été accélérées par la pandémie, la croissance du chiffre d'affaires du cloud a connu une nouvelle accélération au cours du second semestre 2021.

Les bons résultats des deux leaders incontestés des services de l’informatique en nuage, Amazon Web Services et Microsoft Azure, sont intervenus après une année 2020 qui a également été faste, les entreprises clientes s'étant empressées d'investir dans les capacités d'infrastructure et les ordinateurs portables pour permettre le travail à domicile pendant les périodes de confinement. Gartner estime que le transfert des dépenses informatiques des entreprises existantes vers le cloud n'atteignait que 29% en 2021, ce qui, bien entendu, ne tient pas compte des nouvelles dépenses nettes dues au fait que le cloud permet aux PME d'accéder à une informatique d'entreprise abordable.

Les marchés adjacents qui bénéficient de cette croissance comprennent les applications SaaS (Software-as-a-Service) fournies par le cloud, ainsi que les semi-conducteurs nécessaires à la fois aux serveurs qui exécutent les applications cloud et aux ordinateurs portables qui les consomment. Le choc de la pandémie a mis en évidence les avantages du SaaS, car il permet aux entreprises d'être plus souples et plus agiles quant à la manière dont les applications sont utilisées.

L'ensemble de la chaîne d'approvisionnement de l'industrie automobile et de nombreux autres consommateurs de semi-conducteurs continuent d'être confrontés à des difficultés.

Toutefois, il convient de noter que l'appellation SaaS ne suffit pas à elle seule. Alors que Zoom Video Communications était la vedette, les actions de la société ont en fait sous-performé depuis le début de la pandémie. Le succès de Microsoft avec son logiciel de collaboration Teams, avec ses intégrations dans de nombreux autres outils de productivité et sa capacité à devenir un point central du travail quotidien, s'est avéré bien plus précieux que la simple vidéoconférence.

Les craintes sur le secteur des semi-conducteurs

Le marché s'est plus récemment tourné vers les semi-conducteurs, les nouvelles concernant l'augmentation des dépenses d'investissement du secteur faisant inévitablement planer le spectre d'une future surabondance de l'offre. Néanmoins, toute évaluation des perspectives des valeurs des semi-conducteurs doit d'abord tenir compte de l'ampleur et de la profondeur sans précédent des pénuries actuelles. Les nouveaux marchés à croissance rapide que sont les voitures et les usines automatisées sont venus s'ajouter à la demande de semi-conducteurs liée à l'informatique dématérialisée.

La capacité des fabricants de machines à fournir les outils nécessaires pour augmenter la capacité de production d’une entreprise comme Taiwan Semiconductor Manufacturing Company (TSMC) est un autre facteur à prendre en compte. Bien que des rapports fassent état d'une reconstitution des stocks, l'ensemble de la chaîne d'approvisionnement de l'industrie automobile et de nombreux autres consommateurs de semi-conducteurs continuent d'être confrontés à des difficultés.

L'ajout de nouvelles capacités est souvent un signal d'alarme valable pour les performances des actions des producteurs de semi-conducteurs et de leurs fournisseurs. Toutefois, les contraintes qui pèsent sur les livraisons des outils nécessaires à l’accroissement de la production de plaques de semi-conducteurs atteignent également des extrêmes.

Ironiquement, l'une des principales améliorations de la productivité intégrées aux outils de production aujourd'hui est l'ajout de capteurs et autres semi-conducteurs pour surveiller et gérer les opérations des outils, mais avec les pénuries continues de puces, les fabricants ne peuvent pas produire les outils dont leurs clients ont besoin pour fabriquer les puces dont ils ont eux-mêmes besoin. Par conséquent, alors qu'Intel, TSMC, Texas Instruments et d'autres ont fait de grandes annonces concernant l'investissement de plusieurs milliards de dollars dans de nouvelles usines de fabrication de semi-conducteurs, il faudra probablement un à deux ans avant toute production. Les dernières décennies de consolidation et de hausse des coûts de production ont créé une concentration sans précédent du pouvoir de marché dans de nombreux segments des semi-conducteurs, comme en témoigne l'augmentation structurelle des marges bénéficiaires dont bénéficie le secteur.

A lire aussi...