En route vers de nouveaux records sur le Bitcoin d’ici fin 2020?

Stéphane Ifrah, Napoleon Group

2 minutes de lecture

Chronique blockchain. Le marché est en pleine transformation avec une arrivée régulière et massive de gros investisseurs depuis l’été 2019.


©Keystone

C’est une question qui taraude de nombreux investisseurs sur ce marché. Bien évidemment, seul l’avenir pourra répondre à celle-ci car personne n’est prophète. Pour autant, la question mérite d’être posée. Pour rappel, le BTC a touché brièvement les 20’000 dollars en 2017 avant de s’effondrer juste au-dessus de 3’000 dollars l’année suivante. Depuis, on a connu une hausse vertigineuse début 2019, culminant vers 14’000 dollars suivie d’une très grosse correction en mars de cette année jusque vers 4’000 dollars. On est à présent sur des niveaux techniques très importants aux alentours de 12’000 dollars. D’un point de vue analyse technique, la cassure nette de cette zone 12’000-14’000 dollars propulserait sans aucun doute le Bitcoin vers ses anciens plus hauts et certainement très au-delà.


 

Depuis quelques mois, on entend beaucoup parler d’un nouveau phénomène dans la cryptosphère: le Defi (ie decentralised finance). En particulier de nombreux projets sont en train d’émerger notamment autour de la thématique du «lending» une forme de marché du Repo mais organisé pour les particuliers plutôt que de grosses banques. En clair, si vous êtes détenteurs de BTC, vous pouvez les prêter et obtenir ainsi une rémunération sur vos BTC. Dans ceci, personne ne parle trop du risque de contrepartie ni du niveau de rémunération. Et des projets se montent pour organiser ce marché, provoquant ainsi de nombreuses transactions sur la blockchain. Cela entraine un accroissement des transactions et donc des frais de fonctionnement. C’est la blockchain Ethereum qui est utilisée dans ce cas précis et qui explique une vigueur plus accentuée de son prix vs celui du BTC. Mais comme on est dans un marché étroit, quand la deuxième plus grosse crypto connait une hausse vertigineuse, justifiée par une véritable activité, toutes les autres sont entrainées dans son sillage.

En plus de ce cas d’usage à grande échelle, le marché du Bitcoin est en pleine transformation avec une arrivée régulière et massive de gros investisseurs depuis l’été 2019. Cela est visible au travers du nombres de portefeuilles détenant plus de 1’000 BTC par exemple ou bien des volumes de transactions sur le Chicago Mercantile Exchange (CME). On voit aussi au travers de certains très gros acteurs financiers tels que JPMorgan ou bien Fidelity que le marché présente des opportunités pour l’avenir. Enfin, Grayscale démontre au travers de sa collecte aux Etats-Unis de plusieurs milliards de dollars que l’appétit des investisseurs est bien tangible.

Si on rajoute à cela le halving récent au mois de mai sur le BTC et qu’on regarde ce qui s’est passé lors des 2 précédents en 2012 et 2016, on est rentré dans une fenêtre où on pourrait voir une croissance phénoménale du BTC. En effet, la vente de BTC provient de manière importante de la part des mineurs qui permettent à la blockchain BTC de fonctionner. Ces derniers agissent comme des acteurs industriels étant à la tête de formes de datacenters qui ont des structures de cout en monnaies fiat et non crypto. Donc au fur et à mesure qu’ils «produisent» de nouveaux Bitcoin, ils doivent les vendre pour couvrir leurs coûts et leur marge. Or depuis le halving, ils en produisent 2 fois moins de par le protocole. Lors des 2 précédents halving le marché avait multiplié la valeur du BTC par plus de 10-15x lors des 18 mois suivants.

De part la conjonction de tous les éléments ci-dessus, et en prenant en compte également les largesses des banques centrales pour de nombreux trimestres à venir, se positionner sur le Bitcoin parait être un investissement intéressant même si aucune performance n’est assurée. Après les alternatives ne sont pas très attirantes avec des actions revenues sur leurs plus hauts de l’année malgré la crise du COVID et des obligations qui ne rapportent plus rien. Un peu de diversification dans le portefeuille des investisseurs pourrait s’avérer être le pari gagnant des mois à venir. 

A lire aussi...