Des refuges peu sûrs? Les obligations émergentes arrivent à maturité

DWS

2 minutes de lecture

Graphique de la semaine de DWS. La hausse des rendements du Trésor réduit la prime de risque des obligations émergentes. Ne les sous-estimez pas.


©Keystone

Les marchés financiers sont censés être rationnels, mais ils ne sont pas exempts de préjugés et de vieux schémas de pensée. Les marchés émergents (ME), par exemple, doivent toujours faire face à la réputation selon laquelle ils n'attirent que l'argent rapide qui retournera rapidement vers des zones prétendument refuges en cas de turbulences - ou si les zones refuges commencent à offrir des rendements plus intéressants.

C'est exactement ce que les détenteurs d'obligations émergentes entendent depuis plus de six mois : leur classe d'actifs devient moins attrayante en raison de la hausse des rendements obligataires américains. Naturellement, il convient avant tout de noter que les premières victimes de la hausse des rendements américains sont les détenteurs d'obligations du Trésor américain. Le fait que cette perte s'avère finalement plus ou moins importante pour les détenteurs d'obligations émergentes dépend fortement de l'évolution des «spreads». Ce spread est la prime de risque payée par rapport à l'obligation de référence des pays développés, supposée plus sûre. Si, en raison de la hausse des rendements du Trésor, l'argent devait affluer des marchés émergents vers les États-Unis, les spreads des obligations émergentes devraient s'élargir, ce qui exercerait une pression encore plus forte sur les prix.

Les marchés émergents reposent aujourd'hui sur des bases
macroéconomiques plus solides qu'il y a dix ou vingt ans.

Comme le montre notre «Graphique de la semaine» ci-dessous, cela n'a pas été le cas. Au contraire, les spreads se sont surtout resserrés lorsque les rendements américains ont augmenté. Ainsi, la perte de prix qui a accompagné la hausse des rendements du Trésor a été partiellement compensée.

Ceci est d'autant plus important que les nombreux gros titres négatifs sur les obligations émergentes semblent confirmer l'impression que les marchés émergents méritent une forte décote de risque. Nous pensons toutefois que le spread reflète parfaitement les risques actuels. Dans l'ensemble, les marchés émergents reposent aujourd'hui sur des bases macroéconomiques plus solides qu'il y a dix ou vingt ans. En outre, la demande croissante des investisseurs locaux apporte plus de stabilité. Si l'on ajoute à cela la hausse des prix des matières premières, la toile de fond nous semble plutôt positive.

Mais bien sûr, cette classe d'actifs reste très hétérogène. Alors qu'en 2020, après l'effondrement des marchés financiers au printemps, les investisseurs ont eu de nombreuses occasions de générer des résultats plus que décents, cette année, ils devront être plus sélectifs. Dans de nombreux pays émergents, les spreads sont presque revenus aux niveaux d'avant la crise, tandis que d'autres pays se négocient encore bien au-dessus. Les obligations investment grade affichent en moyenne un écart de 152 points de base (pb), juste au-dessus de leurs précédents points bas. Dans le segment des obligations high yield, le spread est actuellement de 600 pb, soit plus de 100 pb au-dessus des planchers d'avant la crise. A titre de comparaison, les obligations d'entreprises américaines n'offrent en moyenne que la moitié de ces spreads.

Même si l'on ne peut exclure que les gros titres politiques continuent de provoquer de la volatilité sur les marchés émergents à court terme, nous pensons que les investisseurs à plus long terme devraient envisager de se défaire de leurs vieux schémas de pensée et de prêter davantage attention aux obligations émergentes, au moins pour des raisons de diversification.

Primes de risque obligations émergentes vs. rendements du Trésor US

Bleu: JP Morgan EMBI spread (axe de droite)
Orange: Trésor américain (10 ans)

A lire aussi...