Décisions éclairées pour marchés volatils

David Ross, LFDE

1 minutes de lecture

La prise de décision éclairée est la pierre angulaire de l'investissement à long terme. En cette période de crise inégalée, cette prise de décision est délicate.

La performance structurelle d'Echiquier World Equity Growth sur les 10 dernières années s'explique également par le strict respect de sa philosophie d'investissement qui aboutit à la construction d'un portefeuille de conviction réunissant 20 à 25 valeurs, dont les 10 premiers poids représentent environ 60% du fonds. Le potentiel de hausse de chaque entreprise en portefeuille est estimé par l'équipe de gestion sur un horizon de 3 ans.

La prise de décision éclairée est la pierre angulaire de l'investissement à long terme. En cette période de crise inégalée, cette prise de décision est délicate. C'est pourquoi je m'appuie sur mes règles d'or de l'investissement, forgée depuis 30 ans, pour pouvoir prendre des décisions éclairées.

Selon l’une d’elle, les prévisions économiques sont inutiles pour les investisseurs en actions. Chaque jour, j'entends ou lis un expert qui proclame que les marchés boursiers sont déconnectés de l'économie et que dans un contexte de chômage record et de baisse sans précédent du PIB, il est incompréhensible que les marchés boursiers frôlent leurs précédents niveaux record. Les investisseurs chevronnés savent depuis longtemps que l'on ne peut pas utiliser l'économie pour prédire les marchés mais au contraire que l’on peut utiliser les marchés pour prédire l'économie. C’est ce que le gouvernement américain fait, en suivant 10 indicateurs différents pour fournir de meilleures prévisions économiques (on l'appelle l'indice des indicateurs économiques avancés). L'un de ces indicateurs est le marché boursier, mesuré par l'indice S&P 500.

À mes débuts, il y a 30 ans, personne ne prêtait attention aux prévisions économiques. La plupart des entreprises de Wall Street ne produisait pas de recherche économique. Personne ne s'en souciait. Le marché obligataire est ensuite devenu plus important, et par conséquent les taux d'intérêt le sont devenus. On a alors commencé à publier des rapports économiques. Mais je n'ai jamais trouvé la moindre valeur en lisant un rapport économique. Cela reste vrai aujourd'hui. C'est pourquoi je continue à suivre mes règles plutôt qu'une certaine «sagesse conventionnelle». En conservant un portefeuille très concentré, je me concentre sur mes meilleures idées, et suis ainsi mieux informé des risques et du rendement potentiel de chaque investissement. A titre personnel, j'estime le nombre idéal de valeurs en portefeuille à une trentaine, car je ne peux analyser parfaitement 50 ou 100 dossiers.

Dernier conseil pour résister sur ces marchés volatils, tiré de ma règle d'or n°1: les belles histoires sont rarement bon marché, les actions bon marché rarement excellentes.

A lire aussi...