Composer avec les relations entre les Etats-Unis et la Chine

James Mazeau, UBS Global Wealth Management

2 minutes de lecture

A l’avenir, la Chine continuera de conforter son statut de carrefour économique et les USA s’efforceront de préserver leur suprématie politique mondiale.


©Keystone

Il y a dix jours, le président des Etats-Unis, Joe Biden, et son homologue chinois, Xi Jinping, ont eu un entretien téléphonique, le premier depuis sept mois. Ce n’est que la deuxième fois que les deux chefs d’Etat s’entretiennent au téléphone depuis la prise de fonctions de Joe Biden. 

Cet entretien intervient après des pourparlers guère productifs entre des responsables de haut rang. La Maison Blanche l’a qualifié de «vaste discussion stratégique» et elle a précisé que «les deux chefs d’Etat ont discuté de la responsabilité des deux pays de veiller à ce que la concurrence ne dégénère pas en conflit».

Néanmoins, même si cet entretien téléphonique est encourageant, compte tenu de l’absence de progrès ces derniers temps, aucune nette amélioration dans la communication ou la nature des relations sino-américaines n’est attendue dans les mois à venir. 

Des opportunités malgré tout

Fait intéressant, les deux hommes ne se sont pas encore rencontrés physiquement depuis qu’ils sont aux commandes de leur pays respectif et ils ont devant eux d’importantes échéances politiques en novembre 2022, avec les élections de mi-mandat aux Etats-Unis et le 20e congrès du Parti communiste chinois. Les sujets de politique intérieure semblent prioritaires à leurs yeux et aucun d’eux n’a intérêt politiquement à se montrer conciliant avec l’autre.

L’histoire regorge d’exemples rassurants qui suggèrent que les deux parties resteront guidées par la raison.

Les Etats-Unis et la Chine devraient poursuivre une guerre des mots qui pourrait miner le moral des investisseurs. Cependant, l’histoire regorge d’exemples rassurants qui suggèrent que les deux parties resteront guidées par la raison (dans la poursuite de leurs propres intérêts), évitant ainsi la matérialisation d’un scénario noir. 

Pour ceux qui sauront composer avec ces relations tendues, il y aura des opportunités d’investissement à saisir de part et d’autre. Tour d’horizon.

L’enchevêtrement du capital

Les divergences réglementaires entre les deux pays pourraient amener les entreprises chinoises à quitter les Bourses de valeurs américaines. Même si cela sera, sans doute, synonyme d’une liquidité réduite et d’une volatilité accrue, le marché de Hong Kong devrait rester accessible et la valeur à long terme des actifs ne devrait pas varier substantiellement. 

Il est conseillé d’investir aussi bien aux Etats-Unis qu’en Chine, ce qui permet aux investisseurs de profiter de différents cycles économiques et de saisir les opportunités sur les deux principaux marchés financiers au monde.

La rivalité technologique

La rivalité technologique entre les Etats-Unis et la Chine porte notamment sur les semi-conducteurs. Même si les entreprises américaines dominent cette industrie à l’échelle mondiale, elles sont très dépendantes des fabricants basés en Asie. Ces dernières années, des tensions sont apparues lorsque les Etats-Unis ont interdit les exportations de certains produits semi-conducteurs vers des entités chinoises. 

La collaboration va certainement se poursuivre par nécessité mais la concurrence entre les deux pays pourrait devenir acharnée. Dans ce scénario de base, la Recherche d’UBS est neutre, voir modestement optimiste, à l’égard du secteur des semi-conducteurs. 

La cybersécurité reste un thème clé et les tensions mondiales, y compris au sujet du cyberespace, sont un facteur majeur.

La rivalité technologique entre les Etats-Unis et la Chine crée également des opportunités dans d’autres domaines, tels que les logiciels et les centres de données, la 5G, l’intelligence artificielle (IA) et les technologies habilitantes.

La cybersécurité

Ce domaine ne se prête guère à des partenariats. Dès lors, la Recherche d’UBS table plutôt sur l’avènement de deux écosystèmes parallèles. Ces derniers seraient articulés autour de technologies essentielles qui ont une incidence sur la sécurité, comme la 5G, l’IA ou le secteur de la cybersécurité en lui-même. 

En plus des valeurs américaines et chinoises, les investisseurs feraient bien de s’intéresser à d’autres entreprises en Europe, au Japon et en Corée du Sud, à des fins de diversification. La cybersécurité reste un thème clé et les tensions mondiales, y compris au sujet du cyberespace, sont un facteur majeur.

Le changement climatique

On peut s’attendre à une coopération plus étroite sur le changement climatique et, là aussi, il y aura inévitablement des frictions. La Chine est un pourvoyeur majeur de matières premières employées dans la filière des technologies propres. Un durcissement des restrictions aux exportations pourrait freiner la production de panneaux solaires et de batteries de grande capacité. 

Le thème d’investissement de la Recherche d’UBS dans les technologies vertes porte, entre autres, sur les géants américains de l’efficacité énergétique, ainsi que sur les géants chinois des équipements solaires et des batteries pour véhicules électriques.

La raison devrait l’emporter

A l’avenir, la Chine continuera de conforter son statut de carrefour économique et de puissance régionale. Tandis que les Etats-Unis s’efforceront de préserver leur suprématie politique sur la scène internationale. 

Les désaccords périodiques sont inévitables et les poussées de fièvre pourraient donner lieu à des corrections plus fréquentes des marchés mondiaux. Néanmoins, les deux pays continueront certainement d’agir dans leurs intérêts avec intelligence.

A lire aussi...