Comment le COVID-19 a-t-il changé l’ESG?

Johnathan Owen, TwentyFour Asset Management

2 minutes de lecture

Avec la pandémie, beaucoup ont pensé que les considérations ESG seraient reléguées au second plan. Les flux financiers disent tout autre chose.


©Keystone

La pandémie a notamment eu pour effet d’accélérer des tendances qui existaient déjà: le télétravail, l’essor du commerce en ligne au détriment des magasins physiques, mais aussi l’importance des questions ESG. Avant le COVID-19, la plupart des investisseurs s’intéressaient surtout aux critères environnementaux. Mais la crise a mis en lumière l’importance d’un engagement fort des entreprises en matière sociale et de gouvernance. Cette évolution nous paraît salutaire, d’autant que le «S» d’ESG est souvent mis de côté dans le processus de décision.

Le «S» et le «G» sont plus importants que jamais

L’engagement social a souvent été négligé par les investisseurs, ce qui tient surtout à la difficulté de le quantifier précisément et au fait qu’il s’agit généralement du critère le moins transparent au sein de l’ESG. Mais les facteurs sociaux sont incontestablement passés au premier plan depuis le début de la crise – le capital humain n’a jamais été aussi essentiel avec une majorité d’employés qui travaillent à distance et dont le bien-être est devenu une priorité pour les employeurs. Nous ne savons pas quelles nouvelles crises nous attendent dans les années à venir, mais les entreprises qui prennent leur responsabilité sociale à cœur semblent les mieux placées pour s’adapter aux futures récessions. A terme, une corrélation positive pourrait se développer entre l’engagement social et les futurs retours sur investissement.

Nous avons assisté à un nombre d’émissions record
sur le marché obligataire l’année dernière.

La gouvernance a toujours été prise en compte par les investisseurs dans leurs décisions et s’avère fortement corrélée avec le rendement futur. Depuis mars, les comités directeurs ont dû prendre une série de décisions difficiles, depuis la suspension des dividendes aux licenciements massifs en passant par l’adaptation des chaînes d’approvisionnement. De nombreuses équipes dirigeantes ont choisi la prudence et tempéré les attentes à court terme des actionnaires afin de préserver la santé et la pérennité de leur entreprise. A terme, cette approche devrait démontrer l’importance croissante d’une bonne gouvernance. Les entreprises qui ont conservé une gestion prudente de leur bilan et accru leurs réserves de liquidités à la réouverture du marché des nouvelles émissions devraient être les mieux placées pour emmener la reprise quand les vaccins seront distribués et que les économies s’ouvriront de nouveau.

L’essor des obligations ESG

Enfin, nous avons assisté à un nombre d’émissions record sur le marché obligataire l’année dernière car les entreprises ont profité d’un marché des nouvelles émissions très dynamique pour renforcer leurs bilans. Les obligations ESG ont représenté une grande partie de ces émissions. 


Source: Bloomberg

 

Tout au long de la pandémie, les volumes des obligations vertes ont été stables en glissement annuel et nous observons également une augmentation significative des obligations sociales et liées à la durabilité – ces dernières ouvrent le marché à une base d’émetteurs plus large que les obligations vertes et ne sont pas assorties des mêmes restrictions concernant l’utilisation du produit. Au-delà des émissions purement liées aux principes ESG, nous constatons que lors des présentations roadshow préalables à une nouvelle émission, les dirigeants consacrent nettement plus de temps et de contenu à l’engagement ESG de leur entreprise.

De plus en plus d’investisseurs intègrent des exigences ESG
et de durabilité dans leur sélection de fonds.
L’offre de fonds ESG répond à la demande

Avec l’arrivée d’un gouvernement démocrate à la tête des Etats-Unis, la pression exercée sur les pouvoirs publics pour atteindre plus rapidement les objectifs de neutralité carbone, la COP 26 à Glasgow et enfin la perspective de dépenses budgétaires à grande échelle pour des projets verts et durables sous la devise «Reconstruire mieux» adoptée par de nombreux gouvernements, on ne peut que s’attendre à une forte hausse des émissions de dette souveraine et d’entreprise dans ce domaine. Nous déduisons de nos nombreux entretiens avec les clients que cette offre rencontrera une demande équivalente – voire supérieure – pour les fonds et actifs ESG compte tenu du nombre croissant d’investisseurs qui intègrent des exigences ESG et de durabilité dans leur sélection de fonds.

De manière générale, nous nous réjouissons de constater que malgré la pandémie, la tendance en faveur de l’investissement ESG est plus robuste que jamais. 

A lire aussi...