Bonne santé des établissements genevois

Salima Barragan

2 minutes de lecture

La Place financière genevoise s’engage en faveur d’une transition vers des activités plus durables, déclare Yves Mirabaud, président de la Fondation Genève Place Financière.


© Loris von Siebenthal

Les affaires de la Place financière genevoise sont florissantes. La pandémie n’aura impacté que très faiblement les deux exercices consécutifs des établissements financiers du bout du lac qui ont enregistré d’importants apports nets de fonds au premier semestre, après avoir annoncé une progression moyenne des bénéfices de 5,8% pour l’année 2020. Alors que certains secteurs ont excessivement souffert de la crise, «le domaine bancaire et financier fait partie des industries qui ont fait preuve d’une résilience les plus remarquables», constate Yves Mirabaud, président de la Fondation Genève Place Financière et président du Conseil d’administration de Mirabaud & Cie SA lors de la conférence de presse annuelle de la Fondation Genève Place financière.

Son premier constat porte sur la solidité des banques helvétiques. Une stabilité qui leur a permis d’assumer leur rôle de pourvoyeuses de crédit aux entreprises en difficulté afin de calmer la crise. «Les principales banques commerciales genevoises ont accordé des crédits COVID pour près d’un milliard de francs suisses prouvant ainsi leur ancrage locale», souligne Yves Mirabaud. Dans ce contexte de reprise économique, la Fondation Genève Place Financière manifeste son soutien à la Loi COVID qui sera soumise au peuple le 28 novembre prochain. 

«L’évolution bénéficiaire a augmenté de plus de 15%, ce qui conforte le modèle d’affaires de la Place qui repose sur la diversité des activités.»

Le dynamisme des acteurs de la Place est également confirmé par les résultats de l'enquête conjoncturelle 2021-2022; un diagnostic précis portant sur 93 banques et 572 gérants indépendants basés à Genève. «Le sondage démontre que l’évolution bénéficiaire a augmenté de plus de 15%, ce qui conforte le modèle d’affaires de la Place qui repose sur la diversité des activités», explique Edouard Cuendet, directeur de la Fondation Genève Place Financière. L’évolution positive des actifs sous gestion des acteurs ne reflète pas seulement la bonne tenue des marchés au premier semestre, mais également des apports nets de fonds. «L’on parle d’apports nets records pour certaines banques», précise-il. 

Tourné sur l’avenir, Yves Mirabaud reconnaît que la Place Financière doit capitaliser davantage sur ses atouts, comme l’innovation, pour affronter les défis futurs et la concurrence internationale. Elle doit également continuer à rediriger ses flux financiers sur des activités plus durables. Selon des statistiques publiés par la Swiss Sustainable Finance (SSF), le volume des placements durables a bondi de 31% entre 2019 et 2002, démontrant un intérêt marqué pour l’investissement socialement responsable. Cependant, la poursuite de la transition vers les investissements durables ne saurait se limiter aux banques; «elle est aussi entre les mains des investisseurs privés et institutionnels qui portent la responsabilité finale de leurs décisions en matière de placements», ajoute-t-il.

«La digitalisation ne doit pas s’opérer de manière totalement débridée.»

Catalyseur pour le secteur bancaire et financier, le COVID aura accéléré la numérisation des établissements genevois. Cependant, «la digitalisation ne doit pas s’opérer de manière totalement débridée», prévient Yves Mirabaud estime que la protection des données indispensable pour lutter contre la cybercriminalité doit être soutenue par les investissements et coordonnée au niveau de la Place, qui développe actuellement un centre de compétences pour la cybersécurité en coopération avec les autorités fédérales. L’adoption en 2020 d’une révision totale de la Loi sur la protection des données inspirée des règles européennes en vigueur est un premier pas dans cette direction.

Enfin, la majorité des établissements genevois anticipent pour 2021 un bénéfice en augmentation ainsi qu’une évolution favorable de leur masse salariale justifiée par la croissance organique.

Lire aussi Comment la consolidation affecte-t-elle la place genevoise?

A lire aussi...