Alerte: violentes rotations en vue pour 2021

Florian Roger, Exane Derivatives

2 minutes de lecture

Flambée de la value suite aux annonces de vaccins. Diversifier son portefeuille face aux valeurs de croissance et au secteur tech US devient indispensable.


©Keystone

Les résultats de la phase 3 des tests de Pfizer/Biontech et de Moderna ont révélé que leurs vaccins contre le COVID-19 étaient respectivement efficaces à 90%* et 94%. Ces annonces ont provoqué un rebond extrêmement violent des marchés actions mondiaux, en particulier des zones géographiques et des secteurs value. La perspective qu’un vaccin découvert fin 2020 soit potentiellement disponible lors du premier semestre 2021 permet d’éloigner le spectre qu’une succession de vagues de COVID-19 déferle l’année prochaine. Les actions liées à l’économie réelle (transport & loisirs, automobile, énergie, banques), qui sont au cœur de la crise, ont flambé, rattrapant ainsi une partie de leur retard sur les valeurs technologiques américaines, lesquelles avaient largement dominé la côte mondiale depuis le début de la crise, à cause du mode de vie casanier imposé à tous par les restrictions sanitaires.

L’inflation va redevenir une thématique de marché en sortie de crise

Dans la sphère obligataire, les taux longs souverains ont accentué leur mouvement haussier amorcé avec la victoire de Joe Biden. Le président élu promet de lutter plus sérieusement contre le COVID-19 que ne l’a fait l’administration Trump et de mettre en œuvre des dépenses massives d’infrastructures. Ces dernières, qui se généralisent pour l’ensemble du monde dit développé, sont de nature à provoquer des pressions haussières sur les prix des matières premières. Si, dans le même temps, les Etats procèdent à des augmentations de salaires administrés pour juguler les tensions sociales que la crise du COVID-19 tend à exacerber (avec par exemple des hausses du salaire minimum en Suisse récemment), des boucles prix-salaires pourraient se former dans les deux à trois prochaines années, lorsque les effets de la crise sur l’emploi se seront dissipés et que le PIB sera revenu vers son niveau potentiel. En d’autres termes, les plans de relance budgétaire pluri-annuels engagés par les Etats, et soutenus par les stratégies de monétisation des banques centrales, pourraient provoquer in fine un retour de l’inflation. Ainsi, aux Etats-Unis, nous considérons qu’un stimulus de plus d’1,5 trillion de dollars pour 2021/2022 pourrait faire remonter l’inflation au-delà de sa cible dès 2023. Les anticipations d’inflation pourraient alors grimper à 2,% à /3%, justifiant des taux longs supérieurs 1,5%.

Le point bas sur les taux longs souverains américains est franchi.

Selon nous, du fait de ces perspectives, un point bas a été franchi sur les rendements des obligations souveraines américaines et le mouvement de rotation vers la value va devenir structurel.

Cela ne sera pas forcément le cas d’ici la fin de l’année 2020 si les tensions politiques entre démocrates et républicains empêchent le congrès d’avancer sur les mesures de relance budgétaire, sachant que la deuxième vague de COVID-19 qui s’abat en ce moment sur les Etats-Unis va probablement fortement nuire aux données économiques, et en particulier à l’emploi. Quoi qu’il en soit, les mouvements de marché de la semaine passée ont montré que diversifier son portefeuille par rapport aux valeurs de croissance et au secteur technologique américain est devenu indispensable et qu’il faut se montrer plus vigilant face au risque de remontée de taux.

Quels axes d’allocations d’actifs privilégier pour 2021?

En conséquences, nous projetons de construire notre allocation d’actifs pour l’année 2021 autour des cinq grands axes suivants: privilégier les actions au crédit au sein des actifs risqués, augmenter le poids des actions internationales hors Etats-Unis, privilégier au sein des actions européennes les valeurs qui offrent un profil value et qui vont bénéficier des programmes de stimulation budgétaire, juguler les risques de duration par des investissements dans les actifs réels, et enfin couvrir les expositions au dollar américain.

 

* Après des résultats complets, Pfizer et Biontech viennent d’annoncer une efficacité à 95% de leur vaccin.

A lire aussi...