USA: l’inflation avance un peu plus que prévu en juin sur un mois

AWP

1 minutes de lecture

L’indice a augmenté de 0,1% alors que les analystes étaient plus pessimistes misant sur une stagnation des prix.

 

Les prix à la consommation aux Etats-Unis ont modestement avancé en juin sur un mois mais davantage que ne l’escomptaient les analystes, selon l’indice des prix CPI publié jeudi par le département du Travail.

L’indice a augmenté de 0,1% alors que les analystes étaient plus pessimistes misant sur une stagnation des prix.

Sur un an, la hausse des prix a toutefois ralenti à 1,6% au lieu de 1,8% sur douze mois en mai, et s’établit loin de la cible de 2% de la Banque centrale (Fed).

L’indice hors alimentation et énergie a fait un bond mensuel de 0,3%, le plus fort depuis janvier 2018. Les analystes s’attendaient à +0,2%.

Sur douze mois, cette inflation dite «sous-jacente» a accéléré à 2,1% au lieu de 1,9% en mai.

Parmi les postes de dépenses qui ont le plus augmenté figurent toujours le logement (+0,3% sur le mois et +3,5% sur l’année), les services de jardinage (en forte hausse sur le mois à +6,1%), les réparations dans la maison (+2,3%), les voitures d’occasion et l’habillement après plusieurs mois de baisse de prix, les services de soins (0,4%, +2,8% sur l’année).

Les prix de l’énergie sont en retrait de 2,3% en juin avec un repli de 3,5% du prix de l’essence.

La publication de cet indice intervient après les propos tenus par le président de la Fed Jerome Powell devant le Congrès mercredi selon lesquels la Banque centrale considère désormais baisser les taux dans un futur proche.

Au rang des raisons, M. Powell a cité l’inflation basse et la faible croissance mondiale.

«La hausse plus forte qu’attendu de l’indice des prix sous-jacents en juin ne va pas empêcher la Fed de baisser les taux d’intérêt à la fin du mois», a commenté Andrew Hunter de Capital Economics «doutant» que cette relative vigueur surprise du CPI «soit durable».

Pour déterminer sa politique monétaire, la Banque centrale américaine (Fed) prend davantage en compte l’indice des prix PCE basé sur les dépenses réelles des consommateurs qui est souvent inférieur au CPI, qui lui se base sur un panier type de la ménagère.

L’indice PCE est tombé à 1,5% sur un an en mai et à 1,6% pour l’indice hors prix volatils de l’alimentation et de l’énergie.

A lire aussi...