USA: forte dégradation de la confiance des consommateurs en avril

AWP

1 minutes de lecture

L’indice du Conference Board chute à 86,9 points, en ligne avec les attentes des analystes.

La confiance des consommateurs aux Etats-Unis s’est nettement dégradée en avril, pour le deuxième mois consécutif, face à la crise liée à la pandémie de COVID-19, passant de 118,8 à 86,9 points, selon l’indice du Conference Board publié mardi.

Cela correspond aux attentes des analystes.

L’une des composantes de cet indice, celle mesurant uniquement la situation actuelle, a même chuté de 90 points à 76,4, soit la plus importante baisse jamais enregistrée.

Cela «reflète la forte contraction de l’activité économique et la flambée des demandes d’inscription au chômage provoquées par la crise du Covid-19», a commenté Lynn Franco, directrice des indicateurs économiques du Conference Board, citée dans le communiqué.

Les perspectives sont toutefois un peu moins sombres, puisque l’autre composante de cet indice, qui fait état des prévisions à court terme des consommateurs concernant les revenus et l’emploi, s’améliore légèrement par rapport au mois de mars, passant de 86,8 à 93,8 points.

Lynn Franco attribue ce petit rebond à «la possibilité que les mesures de confinement se desserrent bientôt, parallèlement à une réouverture de l’économie».

«Cependant, les consommateurs étaient moins optimistes quant à leurs perspectives financières et cela pourrait avoir des répercussions sur les dépenses à mesure que la reprise s’installe. L’incertitude des effets économiques du Covid-19 fera probablement fluctuer les attentes au cours des prochains mois», a-t-elle encore commenté.

Les consommateurs sont aussi pessimistes concernant le marché du travail comparé à mars.

Ils ne sont plus que 20% à considérer que les emplois sont «abondants», contre 43,3% le mois dernier. Et 33,6% des consommateurs jugent que les emplois sont «difficiles à obtenir», contre seulement 13,8% en mars.

Le chômage a flambé aux Etats-Unis depuis la mi-mars et la mise en place de mesures de confinement plus massives. Plus de 26 millions de personnes se sont inscrites au chômage en cinq semaines, du jamais vu.

A lire aussi...