USA: hausse des promesses de vente de logements en février

AWP

1 minutes de lecture

Les promesses de ventes de logements ont augmenté pour le deuxième mois consécutif et ont grimpé de 2,4%. L’indicateur s’est établi à 111,5.

Les promesses de ventes de logements aux Etats-Unis ont grimpé en février, avant les mesures de confinement destinées à arrêter la pandémie de nouveau coronavirus, selon les données de l’Association nationale des agents immobiliers (NAR) publiées lundi.

Les promesses de ventes de logements ont augmenté pour le deuxième mois consécutif et ont grimpé de 2,4%. L’indicateur s’est établi à 111,5.

Les analystes s’attendaient à un recul de 1,6%.

Par rapport à février 2019, la hausse est de 9,4%.

Mais cette progression ne devrait pas durer, anticipent les professionnels du secteur, alors que la pandémie de Covid-19, qui s’est étendue sur le territoire américain en mars, a mis un brutal coup d’arrêt à l’activité économique du pays.

«Le marché du logement était en très bonne santé avant la fermeture provoquée par le coronavirus», a déclaré Lawrence Yun, économiste en chef de NAR.

«Les chiffres des semaines à venir montreront si le marché du logement a été durement touché, mais je suis optimiste quant au fait que le prochain plan de relance réduira les dommages économiques et que nous pourrons obtenir une reprise robuste plus tard dans l’année», a-t-il ajouté.

Lawrence Yun reste optimiste pour le marché immobilier, estimant que les transactions «se poursuivront, mais avec davantage de visites virtuelles, de signatures électroniques».

Et selon lui, «bon nombre des ventes de maisons qui risquent de ne pas être conclues au cours du premier semestre de 2020 pourraient simplement être reportées à la fin de l’été et à l’automne».

Cet indicateur est un baromètre avancé du marché immobilier puisqu’il se base sur les contrats de cession qui se concrétisent généralement dans les 45 jours.

Un indicateur à 100 correspond au niveau d’activité de 2001.

Donald Trump a promulgué vendredi un plan historique de relance, mobilisant 2.200 milliards de dollars pour tenter d’éviter un plongeon de l’économie américaine dans une récession durable.

A lire aussi...