Risque «élevé» de dégradation de la situation internationale

AWP

1 minutes de lecture

Thomas Jordan a déaclaré que la politique monétaire de l’institut d’émission - taux négatifs et intervention au besoin sur le marché des changes - «restait nécessaire».

Le risque de dégradation de la situation internationale «demeure élevé», ont averti mercredi les responsables de la Banque nationale suisse (BNS). Dans ce contexte, le franc se situe toujours à un «niveau élevé», ce qui pénalise les exportateurs.

«L’inflation a baissé, le bas niveau des taux d’intérêt au niveau mondial s’est confirmé et la situation sur le marché des devises reste fragile», ont souligné la présidente du Conseil de banque Barbara Janom Steiner et le président de la direction générale de la BNS, Thomas Jordan, lors d’une rencontre avec le Conseil fédéral.

Face à cette situation, M. Jordan a ajouté que la politique monétaire de l’institut d’émission - taux négatifs et intervention au besoin sur le marché des changes - «restait nécessaire».

Sur le marché immobilier, les déséquilibres persistent, principalement dans le segment des objets résidentiels de rendement.

La BNS va dévoiler le 12 décembre sa décision en matière de taux. Au vu des politiques monétaires accommodantes des principales banques centrales, l’institut d’émission suisse pourrait bien être amené à abaisser ses taux directeurs l’année prochaine, selon certains analystes.