La BRI crée un fonds green bonds pour les banques centrales

AWP

1 minutes de lecture

Libellé en dollars, ce fonds de droit suisse est rattaché au pool d’investissements de la Banque des règlements internationaux.

La Banque des règlements internationaux (BRI), institution considérée comme la banque des Banques centrales, a lancé un fonds d’obligations «vertes» pour faciliter leur utilisation par les Banques centrales et promouvoir la finance durable, a-t-elle annoncé jeudi.

Libellé en dollars, ce fonds de droit suisse est rattaché au pool d’investissements de la BRI, utilisé généralement pour ses placements dans les produits à revenus fixes, a indiqué dans un communiqué l’institution installée à Bâle, en Suisse.

Pour être incluses dans ce fonds, les obligations devront avoir au minimum une note de crédit de A-, qui correspond aux placements dits qualité moyenne supérieure dans l’échelle des agences de notation.

Elles doivent également répondre aux exigences fixées par l’association internationale des marchés de capitaux (ICMA) concernant les obligations dites vertes.

Cette initiative vise à aider les Banques centrales à intégrer des investissements respectueux de l’environnement dans la gestion de leurs réserves, a souligné la BRI, expliquant que le fonds a été mis en place en réponse à une demande grandissante des institutions pour ce type de placements.

«En agrégeant le pouvoir d’investissement des Banques centrales, nous pouvons influencer le comportement des acteurs de marché», a déclaré Peter Zöllner, chef du département bancaire de la BRI, cité dans le communiqué, qui espère également que le poids des Banques centrales permettra d’avoir un impact sur l’essor des placements verts.

Dans une étude publiée dimanche dans son rapport trimestriel, la BRI avait examiné en détail les obstacles à leur utilisation plus fréquente par les Banques centrales dans la gestion de leurs réserves.

Si le rendement des obligations vertes plaide en leur faveur, le manque de liquidités mais aussi l’étroitesse de ce pan du marché obligataire restent pour l’instant les principaux freins.

Le marché des obligations est encore petit malgré un essor rapide. En quatre ans, le nombre d’émissions d’obligations vertes a plus que quadruplé, les montants levés approchant de 230 milliards de dollars (210 milliards d’euros) en 2018, contre 50 milliards en 2014.

A lire aussi...