Le nickel au plus haut en 16 mois, craintes sur l’Indonésie

AWP

1 minutes de lecture

Le cours du nickel a atteint dans la nuit les 16’690 dollars la tonne, soit exactement le même niveau que celui atteint en avril 2018, alors un sommet depuis fin 2014.

Le prix du nickel a atteint jeudi un plus haut en seize mois, alors que les investisseurs craignent que l’Indonésie interdise l’exportation de ce métal

Vers 01H50 GMT (03H50 HEC), le cours du nickel pour livraison en trois mois a atteint les 16’690 dollars la tonne, soit exactement le même niveau que celui atteint en avril 2018, alors un sommet depuis fin 2014.

Selon Eugen Weinberg, analyste chez Commerzbank, il est probable que cette «dernière explosion du cours soit due aux craintes sur les exportations indonésiennes».

En effet, comme le relate Alastair Munro, analyste pour Marex Spectron, des rumeurs circulent selon lesquelles le gouvernement indonésien pourrait révoquer les permis à l’exportation de nickel brut avant 2022, comme initialement prévu.

L’Indonésie est le premier pays producteur de nickel, avec près de 560’000 tonnes de métal produites en 2018, selon un rapport de l’Institut géologique américain, l’USGS.

Le directeur général de l’industrie charbonnière et minière indonésienne, cité par Bloomberg, a cependant recommandé au marché de ne «pas prêter attention aux rumeurs tant que de nouvelles règles ne sont pas établis» formellement.

Le nickel est communément utilisé pour produire de l’acier inoxydable et des pièces de monnaies, mais entre aussi dans la fabrication de batteries rechargeables.

C’est cette dernière utilisation qui a dopé les prix en 2017 et dans la première moitié de l’année 2018, avant que les tensions commerciales et la multiplication des projets d’extraction ne fasse nettement baisser les cours.

Vers 10H40 GMT (12H40 à Paris), le nickel pour livraison dans trois mois valait 15’515 dollars la tonne sur le London Metal Exchange, soit une hausse de 4,76% par rapport à mercredi.