Matières premières: l’argent au plus haut en 13 mois

AWP

2 minutes de lecture

Début juillet, l’or était 93,47 fois plus cher que l’argent, une première depuis 1992. Cependant, avec sa récente progression, l’argent a réduit ce ratio à environ 86.

L’argent a progressé cette semaine, atteignant même jeudi un plus haut en 13 mois à 16,66 dollars l’once, après avoir été à la traîne plusieurs mois par rapport à l’or.

Début juillet, le métal jaune était 93,47 fois plus cher que l’argent, une première depuis 1992. Cependant, avec sa récente progression, l’argent a réduit ce ratio à environ 86.

Selon Carsten Fritsch, analyste chez Commerzbank, la faiblesse du prix de l’argent par rapport à l’or peut expliquer pourquoi les investisseurs à la recherche d’une alternative moins onéreuse que l’or depuis sa hausse de juin ont redécouvert l’argent.

Cet attrait pour l’argent a notamment été dopé par les investissements spéculatifs. Selon M. Fritsch, qui cite des données de Bloomberg, les achats d’ETF (fonds indiciels) depuis le début du mois ont été plus de quatre fois supérieurs à ceux de tout le mois de juin.

Sur le London Bullion Market, l’once d’argent valait 16,45 dollars vendredi vers 12H30 GMT (14H30 à Paris), contre 16,37 dollars il y a sept jours.

Le cuivre en baisse

Le cuivre, de son côté, a un peu baissé sur la semaine.

La hausse des métaux de base, alimentée par les perspectives d’assouplissement monétaire pour relancer l’activité économique, «est limitée par les incertitudes commerciales qui renforcent l’importance de la rencontre de la semaine prochaine», a expliqué Alastair Munro, analyste pour le courtier Marex Spectron.

Une délégation américaine de haut rang se rendra la semaine prochaine à Shanghai, en Chine, pour une série de négociations commerciales, a annoncé mercredi le secrétaire américain au Trésor, Steven Mnuchin.

De plus, si la Chine adopte une approche «plus prudente» dans sa politique de relance, il y a un risque d’une baisse conséquente en cas de dérapage de la croissance mondiale, a ajouté M. Munro.

En outre, «le cuivre ne devrait pas bénéficier autant que l’acier de la construction de routes, de rails et d’autres projets de transport et de logistique qui dominent le programme que les autorités chinoises promeuvent», ont souligné Daniel Hynes et Soni Kumari, analystes pour ANZ.

Il devrait néanmoins profiter de la production de machines nécessaires à ces travaux d’infrastructures, ont-ils ajouté.

Mais pour Daniel Briesemann, analyste pour Commerzbank, une hausse des prix du cuivre serait «justifiée» alors que le «Groupe d’étude international du cuivre (ICSG) a rapporté un déficit d’approvisionnement ajusté des variations saisonnières de 149.000 tonnes de janvier à août».

Sur le LME, la tonne de cuivre pour livraison dans trois mois s’échangeait à 5.963 dollars vendredi à 12H30 GMT, contre 6.149 dollars le vendredi précédent.

Le café recule

Le café a baissé sur la semaine, atteignant un plus bas en deux mois à Londres et un plus bas en un mois à New York.

Mercredi, la tonne de robusta est descendue à 1.355 dollars à Londres, un niveau pas vu depuis fin mai, tandis que l’arabica est tombé vendredi à 99,05 cents par livre à New York, pour la première fois en plus d’un mois.

«Les prévisions météo se montrent clémentes pour les régions brésiliennes productrices de café et il semblerait que l’offre augmente au Brésil», a expliqué Jack Scoville, analyste pour Price Futures Group.

Sur le Liffe de Londres, la tonne de ROBUSTA pour livraison en novembre valait 1.366 dollars vendredi à 12H20 GMT, contre 1.428 dollars le vendredi précédent à la même heure. Sur l’ICE Futures US de New York, la livre d’ARABICA pour livraison en septembre valait 100 cents, contre 105,85 cents sept jours auparavant.