La convalescence se précise pour l’économie helvétique

AWP

1 minutes de lecture

L’indice afférent a bondi à 55,5 points, contre 43,2 points un mois plus tôt.

La dernière prise de température réalisée par Credit Suisse et l’institut CFA Society Switzerland auprès d’analystes pour l’avenir à court terme de la conjoncture en Suisse trahit un regain d’optimisme en février similaire à celui observé dans le sillage de la crise financière de 2008. L’indice afférent a bondi à 55,5 points, contre 43,2 points un mois plus tôt.

Le niveau de confiance dépasse ainsi celui affiché à l’été 2020 au sortir du premier confinement, soulignent les auteurs de l’étude diffusée mercredi. Les dernières déclarations du Conseil fédéral laissent à penser qu’une réouverture graduelle de l’économie - et partant un rebond - sont désormais à bout touchant, poursuivent les experts.

Le niveau d’optimisme repose toutefois également sur le fait que le niveau actuel relève du marasme et que le potentiel de rétablissement est subséquemment important.

Sur le plan international, sept sondés sur dix anticipent un retour à la croissance aux Etats-Unis et en zone euro au cours de six prochains mois. Les intervenants se montrent par contre plus partagés sur les perspectives de l’Empire du Milieu, tiraillés entre stagnation et poursuite de la croissance.

Ces incertitudes autour de la Chine pourraient déboucher à court terme sur une perte de dynamique pour les exportations helvétiques, qui devraient nonobstant demeurer «exceptionnellement robustes».

Les expectatives sont moins radieuses sur le front de l’emploi, plus de six intervenants sur dix prédisant toujours une hausse du taux de chômage.

Si l’écrasante majorité des analystes doute sérieusement d’un quelconque remaniement des taux d’intérêts par les banques centrales, ils prévoient aussi que les taux d’intérêt sur le long terme poursuivront leur rétablissement. Plus d’un sondé sur deux table désormais sur un tel scénario en Suisse également.

Sur le front des changes, la plupart des opinions exprimés sur la juste valorisation du franc face à la monnaie unique européenne s’articulent dans une fourchette de 1,00 à 1,110 EUR/CHF.

En termes d’opportunités d’investissement, les expert jugent que désormais seuls l’or et les actions ne présentent pas de valorisations excessives.

A lire aussi...