L’euro lesté face au dollar par une BCE jugée prudente

AWP

1 minutes de lecture

La devise européenne valait 1,2330 dollar vers 21h, contre 1,2367 dollar mercredi soir.

L’euro perdait un peu de terrain jeudi face au dollar après la publication du compte-rendu de la dernière réunion de la Banque centrale européenne (BCE), jugée prudente par le marché notamment en comparaison avec son homologue américaine.

Vers 19H00 GMT (21H00 heure de Paris), l’euro valait 1,2330 dollar, contre 1,2367 dollar mercredi vers 21H00 GMT.

La monnaie unique européenne montait légèrement face à la devise japonaise à 132,16 yens, contre 132,08 yens mercredi soir.

Le billet vert lui aussi grimpait face à la monnaie nipponne à 107,19 yens, contre 106,79 yens la veille au soir.

«La combinaison d’une approche un peu plus optimiste que prévu dans les minutes de la dernière réunion de la banque centrale américaine (Fed) et d’une prudence plus marquée qu’attendu dans celles de la banque centrale européenne (BCE) pèse sur l’euro», estime Eric Viloria de Wells Fargo.

La Banque centrale européenne est en effet apparue divisée en mars sur le degré de surchauffe dans l’économie, un élément déterminant pour jauger l’inflation à venir, d’après le compte-rendu de sa dernière réunion de politique monétaire publié jeudi.

Celui-ci «suggère que la banque continuera d’ajuster ses prévisions dans les mois à venir, mais que les achats d’actifs continueront jusqu’à la fin de l’année et que les hausses de taux sont encore quelque peu lointaines», souligne Jennifer McKeown économiste chez Capital Economics.

Une hausse des taux rend l’euro plus rémunérateur et donc plus attractif pour les cambistes.

La veille, la publication des minutes de la Réserve fédérale américaine (Fed) avait dressé un tableau positif de l’économie américaine et les responsables de l’institution se sont montrés confiants sur la remontée de l’inflation vers la cible des 2%.

«Ils ont reconnu qu’une guerre commerciale faisait courir un risque à l’économie, mais pour l’instant la Fed semble vouloir respecter son calendrier de hausse des taux cette année», explique Jasper Lawler de London Capital Group.

Pour l’instant, les analystes estiment à trois, voire à quatre, le nombre de hausses auxquelles la Fed pourrait procéder cette année.

Les tensions géopolitiques restaient aussi d’actualité, même si l’attentisme et l’incertitude prédominent.

Si les tensions commerciales entre les Etats-Unis et la Chine semblaient s’être apaisées, Pékin a affirmé jeudi qu’il n’existait actuellement «aucune négociation» entre les deux pays à ce sujet.

Mais c’est surtout la situation en Syrie qui rend les marchés nerveux, alors que Donald Trump est resté évasif sur le moment où les Etats-Unis pourraient lancer des frappes contre la Syrie en représailles à l’attaque chimique présumée près de Damas, affirmant qu’elles pourraient intervenir «très bientôt ou pas si tôt que cela».

Vers 19H00 GMT, l’or valait 1.337,21 dollars contre 1.353,35 dollars la veille à 21H00 GMT.

Le bitcoin était en nette hausse sur la journée à 7.688,64 dollars, contre 6.891,03 dollars mercredi soir, selon des chiffres compilés par le fournisseur de données financières Bloomberg. Avec un bond de plus de 10% par rapport à la fermeture de la veille, la cryptomonnaie enregistre sa plus forte hausse sur la séance depuis décembre.

La monnaie chinoise a terminé à 15H30 GMT à 6,2915 yuans pour un dollar contre 6,2690 yuans pour un dollar mercredi.

A lire aussi...