Finance: la BoE lève le voile sur ses futurs stress tests climatiques

AWP

1 minutes de lecture

Il s’agira d’analyser les conséquences d’un changement climatique d’ampleur pour les grandes banques et les principaux assureurs britanniques.

La Banque d’Angleterre (BoE) a lancé mercredi une consultation de trois mois en vue de mener l’an prochain un test de résistance climatique afin d’évaluer la capacité du secteur financier à faire face aux conséquences du changement climatique.

La banque centrale espère un retour sur «la faisabilité» de cet «exercice pionnier» de la part des entreprises, de climatologues, d’économistes et autres experts avant le 18 mars, a-t-elle précisé dans un communiqué.

Ce test, baptisé «scénario exploratoire biennal» (BES), prévoit d’analyser les conséquences d’un changement climatique d’ampleur (hausse des températures, des émissions de C02 et de la fréquence de catastrophes naturelles), mais aussi celles rattachées à la transition écologique, pour les grandes banques et les principaux assureurs britanniques.

Les entreprises concernées devront, à partir du second semestre 2020, quantifier les risques associés à trois scénarios. Le premier imagine une transition écologique progressive pour limiter le réchauffement climatique à 2 degrés d’ici à la fin du siècle.

Le second table également sur une limitation à 2 degrés avant 2100 mais avec des mesures politiques plus tardives et donc plus brutales. Le dernier scénario est celui d’une absence de transition écologique conduisant à un large dépassement de l’objectif défini dans l’accord de Paris.

«Le BES nous aidera à nous assurer que le coeur de notre système financier est résilient à ces changements», a assuré le gouverneur Mark Carney, qui doit quitter la Banque d’Angleterre au début de l’année et occupera le poste d’envoyé spécial de l’ONU pour le climat.

En plus d’évaluer les effets de ces trois scénarios sur leur activité, les banques et assurances devront imaginer les mesures à mettre en places pour limiter les risques. Elles auront ensuite la possibilité de les réviser pour répondre aux remarques soulevées par la Banque d’Angleterre, qui prévoit de publier les résultats en 2021.

Ce test de résistance climatique doit être mené en parallèle du stress test classique, qui prend en compte la résistance des banques à une crise économique de grande ampleur mais, contrairement à ce dernier, il ne prévoit pas d’examiner les réserves de capitaux prévus par le système financier.

A lire aussi...