Coronavirus: le KOF table sur un impact limité en Suisse

AWP

1 minutes de lecture

Les chercheurs de l’EPFZ s’attendent à une baisse de moins de 0,1% du PIB.

Le coronavirus ne devrait avoir qu’un impact limité sur l’économie suisse, soit une baisse de moins de 0,1% du produit intérieur brut, estiment les chercheurs de l’Ecole polytechnique de Zurich (EPFZ). Le tourisme et l’horlogerie sont les deux secteurs les touchés par la pneumonie virale.

Environ 7% des nuitées réservées par des touristes étrangers dans les hôtels helvétiques sont générées par les voyageurs en provenance de la Chine continentale et Hong Kong. Cependant il existe d’importants écarts régionaux, indique mardi le centre de recherche KOF.

L’absence des voyageurs de l’Empire du Milieu sera ressentie de manière plus accentuée dans la région du lac des Quatre-Cantons notamment tandis que les autres régions seront davantage épargnées.

Pour les autres branches de l’économie, les services et l’industrie, le nouveau coronavirus, baptisé covid-19, n’aura qu’un impact restreint, à l’exception de l’industrie horlogère, précisent les chercheurs.

Les Chinois, la clientèle la plus importante du secteur du luxe, devraient en effet dépenser moins d’argent pour les garde-temps helvétiques, du moins à court terme.

Par ailleurs les délais pour les exportations devraient également augmenter, différentes mesures pour limiter la propagation du virus, notamment des restrictions de voyage ayant été prises. Environ 8% des produits exportés suisses vont vers la Chine.

Le KOF rappelle que la conjoncture de la deuxième puissance économique mondiale devrait pour sa part être fortement freinée par ce virus, du moins dans un premier temps.

Plus de 42’600 personnes ont été contaminées par ce virus en Chine continentale, et au moins 1016 d’entre elles sont mortes.

En dehors de la Chine continentale, le virus a tué deux personnes, une aux Philippines et une autre à Hong Kong, et plus de 400 cas de contamination ont été confirmés dans une trentaine de pays et territoires.

A lire aussi...