Arabie saoudite: pas d'embargo sur le pétrole

AWP

1 minutes de lecture

L'Arabie saoudite n'a «aucune intention» de mettre en place un embargo sur le pétrole comme en 1973, a déclaré lundi le ministre de l'Énergie saoudien.

L'Arabie saoudite n'a «aucune intention» de mettre en place un embargo sur le pétrole comme en 1973, a déclaré lundi le ministre de l'Énergie saoudien alors que les relations avec l'Occident se sont refroidies après la mort d'un journaliste saoudien.

«Cet incident passera», a déclaré Khaled al-Faleh dans une interview accordée à l'agence de presse officielle russe Tass: «L'Arabie saoudite est un pays tout à fait responsable. Pendant des décennies, nous avons utilisé notre politique pétrolière comme un outil économique responsable et l'avons isolée de la politique.»

«Si les prix du pétrole mont(ai)ent trop, cela ralentirait l'économie mondiale et déclencherait une récession mondiale. Et l'Arabie saoudite a été cohérente dans sa politique. Nous travaillons à stabiliser les marchés mondiaux et à faciliter la croissance économique mondiale», a ajouté le ministre.

Les explications de Ryad sur la mort du journaliste Jamal Khashoggi, critique du prince héritier Mohammed ben Salmane et exilé aux États-Unis, sont loin d'avoir convaincu les grandes capitales occidentales. L'Arabie saoudite a évoqué une «erreur monumentale» pour expliquer la mort de Jamal Khashoggi, tué dans l'enceinte du consulat saoudien à Istanbul.

Ryad avait promis de riposter à d'éventuelles sanctions après une déclaration de Donald Trump évoquant un «châtiment sévère» contre l'Arabie saoudite. Depuis, le président américain a changé et ménage son allié saoudien.

La chancelière allemande Angela Merkel a quant à elle prévenu dimanche que l'Allemagne n'autoriserait pas en l'état d'exportations d'armes vers l'Arabie saoudite.

En octobre 1973, peu après le début de l'offensive égyptienne et syrienne contre Israël, six pays du Golfe membres de l'Opep avaient augmenté de 70% les prix du pétrole et décrété un embargo contre les pays occidentaux jugés pro-israéliens, ce qui avait provoqué une envolée des prix et une crise pétrolière mondiale.

 

A lire aussi...