Allemagne: nouvelle progression des commandes industrielles

AWP

1 minutes de lecture

Les prises de commandes en novembre ont été supérieures de 4% à celles de février 2020. La hausse par rapport à octobre 2019 atteint 6,3%.

Les commandes passées à l’industrie manufacturière allemande ont progressé en novembre de 2,3% sur un mois, malgré le retour des restrictions, dépassant de nouveau le niveau d’avant la crise sanitaire, a annoncé jeudi l’office fédéral des statistiques.

Les prises de commandes en novembre ont été supérieures de 4% à celles de février 2020, le mois précédant la première vague de restrictions entraînées par la pandémie de coronavirus en Allemagne, précise Destatis. La hausse par rapport à octobre 2019 atteint 6,3%.

C’est le septième mois consécutif de progression de cet indicateur alors que Destatis a révisé à la hausse les données du mois d’octobre 2020, avec une augmentation de 3,3% par rapport à septembre contre 2,9% annoncé initialement.

Les chiffres de novembre ont déjoué les attentes des analystes sondés par le prestataire Factset, qui tablaient eux sur une baisse de 1,4% des commandes sur un mois.

«L’industrie allemande n’a quasiment pas été affectée par les restrictions de novembre», qui ont surtout touché le secteur des services et de la restauration avec la fermeture, toujours en vigueur, des restaurants, équipements sportifs et culturels», note l’analyste Carsten Brzeski, chez ING.

«L’industrie allemande semble bénéficier du fort rebond économique en Asie mais aussi d’une reprise continue de la demande intérieure», ajoute-t-il.

La demande de biens intermédiaires a augmenté de 4,9%, tandis que celle des biens d’équipement et de consommation a augmenté respectivement de 1,1% et 0,5%.

Les commandes en provenance de l’Allemagne ont progressé de 1,6% en novembre, contre 6,1% pour celles en provenance de la zone euro et 0,9% de pays tiers.

Les commandes reçues dans les deux domaines phares que sont la construction mécanique et de l’industrie automobile «ont été légèrement plus faibles, mais cela a été compensé par une croissance notable dans les domaines de la construction automobile, des équipements informatiques et optiques et des produits chimiques», note le ministère de l’Economie.

A lire aussi...