Allemagne: le chômage stable en décembre, malgré les restrictions

AWP

1 minutes de lecture

Le taux de chômage atteint 6,1%, comme en novembre, après deux mois de légère baisse.

Le taux de chômage en Allemagne est resté stable en décembre, malgré les restrictions imposées contre l’épidémie de Covid-19, qui ont en revanche provoqué une hausse des demandes de chômage partiel, a indiqué mardi l’Agence pour l’emploi.

Le taux de chômage atteint 6,1%, comme en novembre, après deux mois de légère baisse, selon des données corrigées des variations saisonnières (CVS). Le nombre de salariés inscrits par les entreprises en chômage partiel a en revanche augmenté à 666’000, alors que l’Allemagne a fermé ses bars, restaurants et lieux culturels depuis le 1er novembre.

En données brutes, le nombre de chômeurs augmente de 8000 pour atteindre 2’707’000, restant bien au-dessus de son niveau de l’an dernier à la même période (+480’000).

«Compte tenu de la gravité du défi économique résultant de la pandémie, le marché du travail se montre résilient. Les mesures adoptées pour surmonter la crise économique ont un effet», a réagi le ministère du Travail dans un communiqué.

Le taux de chômage évoluait avant la crise sanitaire autour de 5% en données CVS.

Les nombreuses restrictions mises en place en Allemagne contre le virus depuis début novembre ont fortement plombé la première économie de la zone euro.

La stabilité du taux de chômage est une «performance solide» mais «l’impact réel de la crise sur le marché du travail se trouve dans le recours au chômage partiel», note Carsten Brzeski, économiste pour la banque ING.

Les demandes de chômage partiel, passées de 537’000 en novembre à 666’000 en décembre, restent «bien en-deçà du niveau observé lors du premier confinement» au printemps, observe-t-il encore, le secteur industriel étant cette fois-ci moins touché.

Mais l’Allemage n’est pas au bout de ses peines, préviennent les analystes, alors que le gouvernement d’Angela Merkel organise mardi une réunion de crise pour annoncer la prolongation des restrictions, sans doute jusqu’à fin janvier.

Par ailleurs, le pays a enregistré en 2020 une baisse du nombre global d’actifs, une première depuis 14 ans qui résulte à la fois de la crise économique liée à la pandémie mais aussi de l’évolution démographique pays, a indiqué l’institut national de statistiques Destatis.

L’Allemagne comptait, en 2020, 44,8 millions d’actifs, soit 477’000 personnes de moins (-1,1%) qu’en 2019.

«L’augmentation régulière de l’emploi depuis 2007 aurait probablement pris fin bientôt, même sans la crise du coronavirus, car la population active potentielle diminue en raison de l’évolution démographique», note Destatis, soulignant que l’arrivée de travailleurs étrangers ne suffit plus à compenser cette évolution.

A lire aussi...