Allemagne: chute historique des commandes industrielles en avril

AWP

1 minutes de lecture

Les commandes passées à l’industrie manufacturière allemande ont chuté de 25,8% en avril sur un mois en raison du coronavirus.

Les commandes passées à l’industrie manufacturière allemande ont chuté de 25,8% en avril sur un mois en raison du coronavirus, a indiqué vendredi l’Office des statistiques, mais elles pourraient repartir à la hausse en mai.

Cet indicateur, qui donne un avant-goût de l’activité manufacturière, n’a pas connu de pire mois «depuis le début de la série chronologique en janvier 1991», selon Destatis, alors que de vastes pans de la première économie européenne étaient à l’arrêt en avril pour ralentir la pandémie de nouveau coronavirus.

Sur un an, les commandes ont reculé de 36,6% en avril, précise Destatis.

Les restrictions contre la pandémie «ont été appliquées dans la plupart des principaux pays (offrant des débouchés industriels) tout au long du mois», a expliqué le ministère de l’Economie dans un communiqué.

Mais les mesures progressives de déconfinement font que «le point bas de la récession industrielle est probablement passé», croit le ministère, tandis que les usines se sont remises progressivement à tourner en mai.

Le recul historique de mars à avril a déjoué les attentes du panel d’économistes sondé par Factset, qui s’attendaient à un recul de 20% sur un mois, intervenant après une baisse corrigée par Destatis de 15% sur le mois de mars, contre -15,6% annoncé initialement.

Les commandes pour des biens d’équipement, comme des machines, ont été particulièrement affectées, avec un recul de 30,6%.

Les biens de consommations et les biens semi-finis ont connu des baisses de -11,4% et -22,7% respectivement.

Les commandes venues d’Allemagne ont chuté de 22,6% contre 32,6% pour la zone euro et 26,6% en provenance de l’étranger précise encore Destatis. Le chiffre d’affaires de l’industrie a reculé de 11,5% sur un mois selon ces données corrigées des variations saisonnières.

L’Allemagne pourrait voir son Produit intérieur brut reculer entre avril et juin de 10%, du jamais vu depuis 50 ans, selon les principaux instituts économiques allemands, ceci après un recul de 2,2% au premier trimestre.

Sur l’année, le tassement devrait de situer entre 6 et 7%, selon une prévision corrigée à la baisse par Lars Feld, président du comité des sages économiques, dans une interview vendredi au groupe de médias Funke.

La coalition gouvernementale autour d’Angela Merkel a annoncé mercredi soir un plan de relance de 130 milliards d’euros pour les années 2020 et 2021 destiné à stimuler l’économie allemande.

A lire aussi...