Tokyo termine en nette hausse malgré le coronavirus

AWP

2 minutes de lecture

Le Nikkei a terminé sur un gain de 1,02%, sa deuxième séance d’affilée dans le vert. Le Topix a pris 1,04%.

A l’instar de Wall Street la veille, la Bourse de Tokyo a passé outre mercredi les inquiétudes persistantes autour de l’impact du coronavirus, profitant aussi d’un net affaiblissement du yen face au dollar, un mouvement favorable aux valeurs exportatrices nippones.

L’indice vedette Nikkei a terminé sur un gain de 1,02% à 23.319,56 points, sa deuxième séance d’affilée dans le vert. L’indice élargi Topix a pris 1,04% à 1.701,83 points.

Les investisseurs à Tokyo ont été encouragés par les gains de la veille à la Bourse de New York, qui a apprécié les mesures drastiques de Pékin pour tenter d’endiguer l’épidémie ainsi que les injections massives de liquidités de la Banque centrale chinoise.

Le marché tokyoïte a aussi été rassuré par les gains sur les Bourses chinoises, qui se remettent toujours de leur effondrement de lundi.

Néanmoins la situation de l’épidémie demeure tendue: les mesures de confinement en Chine se rapprochent désormais de Shanghai, la capitale économique du pays, et le coronavirus a contaminé plus de 24.300 personnes et causé au moins 490 décès dans le pays, selon le dernier bilan du gouvernement chinois mercredi.

Du côté des valeurs

Tous les secteurs d’activité sur le Nikkei ont clôturé dans le vert, en premier lieu les matériaux, les télécoms, l’industrie et la santé.

SONY DANS LE ROUGE

Le titre du fleuron japonais de l’électronique grand public Sony a d’abord démarré la séance sur les chapeaux de roue, avant de tomber dans le rouge. L’action a finalement reculé de 0,53% à 7.659 yens. Le groupe avait certes relevé la veille ses prévisions de résultats 2019/20, mais il a aussi prévenu que celles-ci pourraient être revues en baisse ultérieurement si l’impact du coronavirus devenait «assez significatif» pour sa chaîne d’approvisionnement et de production en Chine.

TAKEDA, LA BONNE SURPRISE

L’action Takeda a gagné 2,36% à 4.328 yens, profitant du bon accueil réservé par les investisseurs aux résultats trimestriels du groupe pharmaceutique publiés la veille. Takeda a relevé ses prévisions 2019/20, grâce à des ventes dynamiques et des synergies de coûts plus rapides que prévu liées à l’intégration du laboratoire Shire, dont il a finalisé l’acquisition l’an dernier.

DÉPART CHEZ SOFTBANK GROUP

Le géant japonais de l’investissement dans les nouvelles technologies SoftBank Group a grimpé de 1,32% à 4.577 yens, insensible au départ prochain du responsable des investissements de son fonds Vision Fund aux Etats-Unis, Michael Ronen, annoncé par le Financial Times. Une source proche du groupe a confirmé sa démission à l’AFP, précisant qu’il n’avait pas été poussé à la sortie mais qu’il souhaitait se lancer dans d’autres projets.

Du côté des devises et du pétrole

Le yen baissait nettement face au dollar: vers 06H45 GMT un dollar s’échangeait pour 109,41 yens, contre 108,85 yens la veille après la clôture de la Bourse de Tokyo.

La monnaie japonaise refluait aussi par rapport à l’euro, lequel valait 120,73 yens mercredi contre 120,29 yens la veille.

L’euro baissait légèrement face au dollar, à raison d’un euro pour 1,1034 dollar vers 06H45 GMT, contre 1,1043 dollar mardi à 20H00 GMT.

Les prix du pétrole, qui avaient encore reculé mardi en raison des inquiétudes toujours vives concernant l’impact du coronavirus sur la demande d’or noir, s’inscrivaient en rebond mercredi en Asie: vers 06H35 GMT le cours du baril de brut américain WTI gagnait ainsi 0,83% à 50,02 dollars, et celui du baril de Brent de la mer du Nord prenait 0,95% à 54,47 dollars.