Tokyo finit en nette baisse après la réouverture des marchés chinois

AWP

1 minutes de lecture

Le Nikkei a abandonné 1,01%. Le Topix a perdu 0,7%.

La Bourse de Tokyo a clôturé lundi en repli, mais a limité ses pertes après l’injection massive de liquidités par la Banque centrale de Chine pour soutenir l’économie du pays, aux prises avec l’épidémie du coronavirus.

L’indice vedette Nikkei a abandonné 1,01% à 22’971,94 points, alors qu’il avait perdu jusqu’à 1,8% en tout début de séance avant la réouverture des Bourses de Chine continentale après leur longue pause des congés du Nouvel an. L’indice élargi Topix a perdu 0,7% à 1672,66 points.

Les Bourses chinoises subissaient de lourdes pertes lundi, mais leur chute a été quelque peu freinée par l’injection de 1.200 milliards de yuan (156 milliards d’euros) dans l’économie du pays, annoncée la veille par la Banque centrale de Chine.

Selon un dernier bilan provisoire, l’épidémie du nouveau coronavirus a fait 361 morts en Chine continentale, et le nombre de cas avérés de contamination dépasse désormais les 17.000 dans le monde. Un décès a par ailleurs été enregistré aux Philippines, le premier hors de Chine.

Du côté des valeurs

Quasiment tous les secteurs d’activité sur le Nikkei ont fini dans le rouge. Les secteurs particulièrement dépendants de la Chine, comme les fabricants de biens de consommation durables et les nouvelles technologies, ont le plus souffert.

ÉLECTRONIQUE EN BERNE

Les fabricants nippons de semi-conducteurs et d’électronique en général ont été particulièrement malmenés. Alps Alpine a lâché 4,1% à 1.920 yens, Advantest 2,73% à 5.710 yens et Sumco 2,01% à 1.705 yens. Avant la publication de ses résultats trimestriels, le géant Panasonic s’est replié de 2,4% à 1.075,5 yens.

UNIQLO, SHISEIDO AUSSI

Très dépendant de la consommation en Chine, Fast Retailing (Uniqlo) a perdu 2,93% à 57.600 yens. A cause du coronavirus, environ 270 magasins Uniqlo étaient fermés en Chine continentale sur un total de 750 dans le pays, a déclaré lundi à l’AFP un porte-parole du groupe d’habillement.

Le géant japonais des cosmétiques Shiseido a cédé 3,77% à 6.820 yens, dans le sillage de son rival Kosé (-4,14% à 14.120 yens) qui a abaissé ses prévisions annuelles en raison du coronavirus.

Du côté des devises et du pétrole

Le yen s’est nettement apprécié face au dollar lundi en Asie, un mouvement défavorable pour les groupes exportateurs nippons.

Vers 06H15 GMT le billet vert s’échangeait ainsi pour 108,49 dollars, contre 109,03 yens vendredi après la clôture de la place tokyoïte, point de repère pour les investisseurs nippons.

En revanche la monnaie japonaise baissait légèrement face à l’euro, à raison d’un euro pour 120,26 yens, contre 120,16 yens vendredi.

La monnaie européenne faiblissait un peu face au dollar: un euro se négociait pour 1,1084 dollar vers 06H15 GMT, contre 1,1090 dollar vendredi à 20H00 GMT.

Les cours de pétrole demeuraient dans le rouge, alors qu’une réunion de l’Opep était prévue mardi et mercredi à Vienne pour se pencher sur la chute des cours à cause du coronavirus. Vers 06H10 GMT le prix du baril de brut américain WTI baissait de 0,12% à 51,50 dollars et celui du baril de Brent de la mer du Nord perdait 0,67% à 56,24 dollars.