Tokyo finit en rebond, rassurée par les marchés chinois

AWP

1 minutes de lecture

Le Nikkei a clôturé sur un gain de 0,49% et le Topix a pris 0,69%.

Partie mardi en baisse, la Bourse de Tokyo a inversé ensuite la tendance et a fini dans le vert, grâce au rebond des Bourses chinoises après leur spectaculaire plongeon de la veille à cause du coronavirus.

L’indice vedette Nikkei a clôturé sur un gain de 0,49% à 23.084,59 points et l’indice élargi Topix a pris 0,69% à 1.684,24 points.

Grâce au rebond observé mardi sur les Bourses chinoises, «les investisseurs se sont sentis suffisamment à l’aise pour racheter des titres» à Tokyo, a commenté Toshikazu Horiuchi, courtier chez IwaiCosmo Securities.

La progression de l’épidémie de coronavirus en Chine ne donne cependant pas de signe de ralentissement pour l’instant: le nombre de cas d’infection a largement dépassé la barre des 20.000 et le bilan des décès a été porté à 425, selon un dernier pointage des autorités chinoises mardi.

Pékin a admis lundi des «insuffisances» dans sa réaction à cette immense crise sanitaire et a demandé de l’aide extérieure pour répondre à ses besoins urgents en masques de protection et matériel médical.

Wall Street avait néanmoins déjà clôturé en légère hausse lundi, regagnant un peu de terrain après ses lourdes pertes de fin de semaine dernière.

Du côté des valeurs

Quasiment tous les secteurs d’activité sur le Nikkei ont fini dans le vert, notamment les nouvelles technologies, l’agroalimentaire et les cosmétiques.

PANASONIC A FLAMBÉ

Le titre du conglomérat électronique nippon Panasonic s’est envolé de 10,04% à 1.183,5 yens. Le groupe a publié la veille des résultats trimestriels supérieurs aux attentes, et annoncé que son usine de batteries lithium-ion dans le Nevada, opérée avec le fabricant américain de voitures électriques Tesla, était devenue rentable pour la première fois fin 2019. Cette annonce avait aussi propulsé l’action Tesla vers de nouveaux sommets la veille sur le Nasdaq.

Du côté des devises et du pétrole

Signe d’un certain apaisement des investisseurs, le yen, valeur refuge, a légèrement reflué mardi face au dollar, lequel s’échangeait pour 108,85 yens vers 07H40 GMT, contre 108,49 yens la veille après la clôture de la Bourse de Tokyo.

La monnaie japonaise était quasi stable par rapport à l’euro, à raison d’un euro pour 120,29 yens contre 120,26 yens la veille.

La monnaie européenne faiblissait face au dollar: un euro s’échangeait pour 1,1049 dollar vers 07H40 GMT, contre 1,1062 dollar lundi à 20H00 GMT.

Les prix du pétrole, qui avaient encore dégringolé lundi face aux craintes liées à l’épidémie de coronavirus apparue en Chine, ont repris quelques couleurs mardi en Asie avant le début d’une réunion exceptionnelle de l’Opep à Vienne. A 07H34 GMT le baril de brut américain WTI regagnait 1,06% à 50,64 dollars, pendant que le baril de Brent de la mer du Nord s’appréciait de 0,59% à 54,77 dollars.