La chronique des marchés de Vontobel au 16 mai

Jean Frédéric Nussbaumer, Vontobel

2 minutes de lecture

Dow +0,45%, S&P 500 +0,58%, Nasdaq +1,13%, Russell 2000 +0,34%, SOX +0,81%, Eurostoxx +0,64%, SMI +0,82%.

Wall-Street confirme son rebond de mardi, réagissant à des rumeurs évoquant un probable report de six mois des taxes sur les importations automobiles, que l'administration Trump avait prévues à partir de ce samedi 18 mai. Par ailleurs, le secrétaire américain au Trésor Steven Mnuchin indique qu'il se rendra prochainement en Chine pour reprendre les négociations commerciales. Sur le plan macro-économique, plusieurs indicateurs signalent la poursuite du ralentissement de l'économie en Chine et aux Etats-Unis, ce qui accroit les attentes de nouveaux gestes de soutien de la part des banques centrales. L’appétit au risque se fait plus présent ce qui permet à l’indice S&P500 (SPX) de se rapprocher à nouveau de sa moyenne mobile à 50 jours. Le Dow Jones s’éloigne de sa 200 jours pour sa part alors que le Nasdaq 100 (NDX) clôture quasiment sur sa 50 jours. Ce qui étonne, c’est que les rendements des emprunts gouvernementaux US baissent, ce qui indique que des intervenants se positionnent dans ces valeurs refuges. Le rendement du 2 ans atteint son plus bas niveau depuis février 2018 alors que le 10 ans glisse à 2,36%. Attention à 2,34%, niveau à ne pas casser sous peine de glissade potentielle. Pour en revenir aux actions, on observe un franc retour des intervenants dans les titres dits de croissance comme les FAANGs (Facebook, Apple, Amazon, Netflix, Google). Nous avons donc d’un côté des investisseurs qui misent sur des valeurs qui ont besoin d’une économie forte pour progresser et de l’autre côté des intervenants qui misent sur la prudence. On peut comprendre ces derniers, les statistiques économiques récentes confirment un ralentissement de l’économie chinoise et américaine (vente au détail, production industrielle notamment). D’ailleurs si l’on jette un œil sur les projections des Fed Funds, soit sur les attentes du marché en termes de mouvements de taux à venir par la Fed, on constate qu’une baisse de taux en décembre est quasiment actée par le marché avec 78% de probabilités. Mais peut-être que ce qui incite également une partie des acteurs financiers à acheter des obligations gouvernementales, ce sont les tensions croissantes entre Washington et Téhéran. Les articles fleurissent de plus en plus dans la presse qui évoquent la possibilité d’une guerre.

La volatilité recule, l’indice VIX en baisse de 8,9% à 16,44, les monnaies restent sur la touche, l’euro/dollar à 1,1208, l’or est en embuscade sous les 1300 dollars l’once et le pétrole repart vers le nord, le WTI Light Crude à 62,38 dollars par baril malgré une forte hausse des stocks hebdomadaires publiée hier. Le brut reste soutenu par la crainte de perturbations dans les livraisons, après une série d’incidents dans le Golfe persique, sur fond de tensions diplomatiques croissantes entre les Etats-Unis et l'Iran.

Cette nuit et ce matin, les places financières asiatiques sont mixtes avec Tokyo qui recule légèrement alors que Shanghai et Hong-Kong progressent quelque peu. L’ombre de la guerre commerciale plane. En Europe les indices ouvrent à l’équilibre alors que le future SPX abandonne 7 points. Sunrise progresse de 2,4% après avoir relevé ses objectifs de résultats. ThyssenKrupp rebondit de plus de 4% après la publication d’un rapport de Reuters indiquant que Kone voudrait racheter sa division ascenseurs. Helvetia progresse légèrement malgré une dégradation chez AlphaValue et FiatChrysler avance de 1,5%, Moody’s a relevé sa note à Ba1. Nokia et Ericsson sont à suivre après la hausse de 3% de Cisco Systems dans le marché après-bourse. Bouygues progresse de 2,1%, ses résultats sont bons.

Aujourd’hui nous suivrons notamment les résultats de Nvidia, Wal-Mart, Baidu et Applied Materials. Les principaux indicateurs économiques sont attendus aux Etats-Unis, avec une salve prévue à 14h30: permis de construire et mises en chantiers mensuelles, indice manufacturier de la Fed de Philadelphie et statistiques hebdomadaires de l'emploi.