Bonds Europe: le marché de la dette continue à se détendre

AWP

1 minutes de lecture

Le taux d’emprunt à 10 ans de l’Allemagne a baissé à -0,41% contre -0,39% vendredi à la clôture.

Le marché de la dette a terminé sur une légère détente lundi, les investisseurs favorisant les actifs jugés les plus sûrs alors que les inquiétudes autour du nouveau coronavirus sont toujours présentes.

«En ce moment le principal sujet d’intérêt et d’incertitude, c’est le coronavirus» et en particulier «le fait qu’il y ait beaucoup de contagions, qu’il y ait un effet négatif sur l’économie chinoise, voire peut-être sur le reste de l’économie» mondiale, a souligné auprès de l’AFP Gilles Pradere, gérant obligataire chez RAM Active Investments.

Cette incertitude a plutôt tendance «à légèrement favoriser la détente des taux, en l’absence d’une nouvelle positive», a-t-il complété.

Le bilan de l’épidémie s’est encore alourdi lundi en Chine, dépassant les 900 morts, tandis que le président Xi Jinping est apparu pour la première fois avec le visage recouvert d’un masque de protection, appelant à des mesures «plus fortes et décisives» contre la maladie. La reprise de l’activité économique prévue lundi s’avère très compliquée dans le pays.

Le gouvernement britannique a de son côté classé lundi le nouveau coronavirus comme une «menace grave et imminente pour la santé publique». Il a annoncé quatre nouveaux cas, portant à huit le nombre de personnes atteintes au Royaume-Uni. Les ministres européens de la Santé vont se réunir jeudi à Bruxelles pour discuter de mesures contre la propagation du nouveau coronavirus dans l’UE.

Aussi, l’attitude de soutien des banques centrales, à travers une politique de taux d’intérêt bas pour redynamiser l’économie favorise elle aussi «des taux bas et négatifs en Europe», a encore relevé Gilles Pradere. Au cours de cette séance, les investisseurs ont par ailleurs pris connaissance d’une série d’indicateurs qui n’ont toutefois pas «vraiment influencé le marché», selon le gérant obligataire.

En effet, «on voit que malgré des chiffres qui sont plutôt comme attendus, les taux ont continué à se détendre», a-t-il estimé. Parmi les statistiques, l’inflation en Chine s’est emballée en janvier, poussée par la forte envolée des prix alimentaires, alors que les mesures drastiques prises pour endiguer l’épidémie virale désorganisent les transports de biens agricoles à travers le pays.

La croissance économique française devrait quant à elle rebondir au premier trimestre 2020 à 0,3%, après son recul du dernier trimestre 2019, selon une première estimation de la Banque de France.
La production industrielle italienne a pour sa part subi une baisse de 1,3% en 2019, le premier recul enregistré depuis 2014, a annoncé l’Institut national des statistiques (Istat).

A 18h00, le taux d’emprunt à 10 ans de l’Allemagne a baissé à -0,41% contre -0,39% vendredi à la clôture du marché secondaire, où s’échange la dette déjà émise.

Le rendement de même maturité de la France a suivi une tendance similaire, à -0,17% contre -0,13%, à l’instar de celui de l’Espagne, qui a fini à 0,25% contre 0,29%, tandis que celui de l’Italie s’est stabilisé à 0,95% contre 0,94%.

Le taux d’intérêt à 10 ans du Royaume-Uni s’est quant à lui détendu à 0,55% contre 0,59%.

Aux États-Unis, le taux d’emprunt à dix ans reculait à 1,55% contre 1,58% vendredi, tout comme celui à 30 ans, à 2,03% contre 2,05%. Celui à deux ans s’établissait pour sa part à 1,38% contre 1,40%.